Les enfants retrouvent un stollen oublié et les petits déjeuners ne varieront plus jusqu'à ce qu'il soit fini je crois. Moi vraiment, les petits matins portes ouvertes avec les oiseaux qui racontent les beaux jours qui se préparent, ça ne me fait pas envie cette odeur de noël. J'ai de toute façon découvert le mélange le plus divin au monde, purée de noisettes et gelée de coings, que ce soit sur des biscottes, du pain au levain, des crêpes... je ne veux plus tartiner rien d'autre pour l'instant. Un soir on est au marché, sur la petite place carrée. Des petits pas entre les stands, la farine complète et le pain avec son tourbillon de graines qui apparaît quand on le coupe, le poulet et sa bonne vie, mince les oeufs sont trop chers. Pas les pommes de terre qu'on aurait voulues, mais des saucisses à la courgette et d'autres au potiron. Les gens se font la bise, nous on est encore un peu nouveaux. Heureusement il y a Jean-Paul et Valérie, on raconte les frayeurs de la nuit précédentes et les cours de méditation qui se transforment en achats chez le boucher. Les pommes sont cabossées et appétissantes, et en partant je me demande si je n'aurai pas du prendre des toutes petites aussi. 

Pour succéder au polar nordique un peu fadasse je relis les "Petites maisons dans la prairie" que m'on père m'avait offerts petite. Ça a un tout autre goût aujourd'hui, ce sorte de Walden un peu moins abrupte et plus imagé. Se réjouir de ce qui sera l'an prochain, qu'une journée devienne une fête parce qu'on y a rencontré tel animal ou telle fleur, que l'eau de la rivière a été plus bleue qu'hier, vraiment c'est très inspirant. Et voir qu'à cinq leur vie est tellement riche, ça me donne le sourire, un peu autarciques que nous sommes. François ne sait pas encore creuser un puits, mais il est bien plus rapide pour faire ses enduits. C'est une autre temporalité dont je m'imprègne, à la fois tellement instant-présent-esque et dans une durée diluée. Moi qu'on peut parfois voir tourner les pages de son agenda comme hypnotisée, mon mobile de dates butoires me tournant autour de la tête. 

Il y a des dimanches aux projets de huilage d'escaliers. Le "vrai", enfin! pour lequel nous avons osé demander de l'aide. Et quand on a vu les trois jours de travail, la trémie à modifier, les soupirs des gars, on s'est dit OUF de OUF. Après on aura une entrée, luxe, et par effet domino et huile de coude une chambre d'amis. Et même mes vitres atelier, rho! C'est l'après-midi et il est parti, des histoires de match, et Odilon dort dans notre lit. Tous les deux Pépin et moi on va dehors, mon balai et sa balayette, le presque printemps appelle à balayer la terrasse, dire au revoir au bazar de l'hiver, les petits tas de chaux, les morceaux du sapin découpé, quelques branches de rosiers taillées à la va vite. On fait ça à deux, vraiment, et j'entrevois par le trou d'une serrure ce que c'est d'être maman d'un grand. Un peu dans nos pensées, on n'échange que quelques mots pour se congratuler et s'encourager. C'est un gros travail, j'aime bien! Dans notre lancée on s'attaque à l'un de nos buissons de yucca, ces plantes qui nous font la surprise de fleurir mais que je trouve anti chaleureuses au possible (et donc les pointes sont de vraies armes, brr). Il amène sa pelleteuse et son camion, pour aider, et on trouve peut être bien la cachette de tous les escargots du jardin. 

5 commentaires:

  1. Ah, balayer sa terrasse, c'est un de mes bonheurs du printemps aussi, j'ai mon balai exprès, tout rustique et un peu sorcière... Maman d'un grand, c'est tellement bien aussi.
    Clémence, tu me donnes envie avec ta vie à la gelée de coings !

    RépondreSupprimer
  2. En relisant avec ma fille la série des petite maison dans la prairie, je l'ai vue moi aussi d'un tout autre œil, et je l'ai trouvé inspirant, tout comme toi (surtout "un enfant de la terre", si bien que je l'ai offert à des amis!)
    Oui, c'est super d'être la maman d'un grand! Le mien a presque 18 ans et j'adore...

    RépondreSupprimer
  3. Tu devrais prendre des poules, c'est trop super!
    Caroline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui c'est prévu on a hâte! Mais ici il faut faire un poulailler avec des fondations etc, avec tous les renards etc, et là on est biennnnn occupés dans la maison, ce sera pour la 2ème vague de travaux!

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com