Il y avait eu le dernier samedi avant le grand saut du travail dans ma cabane et comme pour fêter ça et ancrer comme ce serait bien toutes les conditions étaient réunies pour me faire pousser un grand ouf de fin. J'avais laissé le coffre grand ouvert, alors il m'avait fallu gratter même l'intérieur des vitre. C'était joli, ce volant plein de paillettes de givres, mais ça piquait les doigts. C'était des temps de sourcils lourds et plissés, et de semoule entre les bottes. Je laissais des post-its plutôt utilitaires en partant, mi mots doux quand même. Ça me fait sourire ce croisement, tant qu'il y a des coeurs à la fin des petits papiers... Mes profs de yoga étaient venus nous désembourber dans la construction des toilettes sèches, la mosaïste qu'elle est voyait bien mieux les choses que moi pour assembler les couleurs du dessus. C'était deux grosses journées qui ne seraient pas rentrées dans l'emploi du temps sans eux, et ça faisait du bien d'avoir de l'aide et des mains en plus pour caresser les poussins parfois un peu perdus dans le chantier. 

Maintenant ça fait presque deux semaines, et plusieurs fois sont montés en moi comme des bulles des mots qui disaient ma vie est parfaite. C'est exactement ce qu'il me fallait, et c'est drôle quand j'observe que cette graine là c'était semée toute petite, que j'étais faite pour un bureau à la maison. Pour les baisers entre deux portes, les gratins qu'on fait en petits quarts d'heure de trous, les caresses au chat qui s'installe dans la salle d'attente. L'arbre à kumquats y fait néanmoins un peu la tête, et c'est quand même dommage que j'aie du ouvrir sans avoir les portes qu'un artisan tête en l'air avait oublié de commander. Enfin le rideau à pois devant les toilettes bricolé en larmes (tout ces efforts et ouvrir sans portes! non mais tu te rends compte, l'idiot!) le dimanche soir avant d'ouvrir est bien joli. Les patients ont fait des "aoh" de contentement en entrant, et moi je suis rentrée à chaque fois bien plus tard que du cabinet parce que là bas on me dit plus de choses et peut-être que j'y écoute mieux. 

Tout n'est pas fini (je n'y ai même pas de bouilloire!!), mais l'esprit a enfin le droit d'être moins mono-tâche. Des pensées de printemps s'y sont logées, on a parlé de graines et de fèves, j'ai pensé aux journées à retourner la terre qui va se réveiller. Je sais où iront les nouveaux framboisiers, et les graines de blettes qu'on m'a données. Ce matin j'ai trouvé quelle couverture j'allais tricoter au bébé, ce garçon qui naîtra à la maison, parce que décidément on ne peut plus quitter un tel terrier si douillet. Ce bébé si évidemment là, premier bébé d'été, ou sûrement un peu avant. Il nous inspire des envies de tiramisu et de confiture de framboises, ce précieux refuge mains contre lui quand je suis sonnée de pensées. 

13 commentaires:

  1. Ça y est, j’ai trouvé ce que j’aime ici, ce que j’aime chez toi même si c’est quelque chose de différent de moi...j’aime que tu vives, que tu travailles, en accord avec ce que tu es , en accord avec tes valeurs ... j’aime lire tes choix assumés même s’ils font sûrement parler parfois ... bref j’aime tout ça .
    Et encore félicitations au bébé qui arrivera avec les framboises ;-)
    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh bah boum, ça me fait forcément plaisir ce que tu écris. Ça n'est pas forcément revendiqué ni même conscientisé/volontaire, mais c'est sur qu'on a bien l'impression de se faire une vie sur mesure avec nos envies, dans notre petit coin. Merci!

      Supprimer
  2. Merci pour ce sourire de début de vacances que tu fais naître. Quelle belle vie oui... C'est bon ce "ma vie est parfaite". Bises réjouies à tes joyeux et à ces bosses que l'on devine !

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour le travail accompli, surtout lestée de la petite graine qui s'épanouira l'été venu !
    Léonie

    RépondreSupprimer
  4. oh lala Clémence :) quels beaux mots, je rêve de venir chez toi chaque fois que j'emmène mon fils chez son orthophoniste !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh si seulement! Enfin il faudrait prévoir 2 séances, une pour lui, une pour nos bavardages!

      Supprimer
  5. Oh quelle belle nouvelle! Et quel beau printemps vous attend!
    Irène

    RépondreSupprimer
  6. Que ça donne envie cette cabane ! ça a l'air si cosy et moelleux ! C'est précieux ces moments où on ressent cette idée "de vie parfaite".

    RépondreSupprimer
  7. Quelle jolie nouvelle !

    RépondreSupprimer
  8. Ah cette fois ci ,je n'ai rien deviné ! il est arrivé masqué, ce bébé déjà coquin!
    Ce dont j'étais sûre c'est que tu n'allais pas t'arrêter à 2 enfants!
    Donc tout est déjà en place. Accepte toute mon admiration pour tout ce travail accompli.
    Ta vie va être tellement moins fatigante sans les KMs .
    Ohh le joli chat, très similaire au nôtre.
    Et Flanelle ? tu n'en parles plus?

    RépondreSupprimer
  9. Mon commentaire de la semaine dernière a disparu. Pour te dire le sourire que cet article me donne. Cette merveilleuse perspective d'un nouveau petit garçon bientôt là et de cette vie parfaite. On se sent à sa place quand on a l'impression d'avoir fait les bons choix au bon moment...

    RépondreSupprimer
  10. Oh la belle vie, la jolie vie que tu te construis! Et une naissance à la maison... je me réjouis pour toi, forcément!

    RépondreSupprimer
  11. C'est chouette ce petit troisième en vue !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com