On est dans la bulle des travaux intensifs, une espèce de routine assez berçante. Vite après le petit-déjeuner on file à côté, vos manteaux les hiboux!, la colle à carrelage, les paquets trop lourds à transbahuter, chaque carreau nous rapproche de la fin! Quand on se dit qu'il serait temps d'aller manger il est souvent bien plus tard qu'il devrait. De la polenta pendant que je mixe des tomates avec de l'ail, la soupe d'hier soir... du vite vite et la sieste pendant qu'il y retourne, pour de la peinture cette fois-ci. Lundi c'est fini tu crois c'est sûr? Il est très optimiste et je me force à la croire, déjà assez de prétextes aux insomnies comme ça. Après les plinthes, le carrelage au dessus des lavabos, les toilettes (sèches) à construire... puis à un moment enfin les choses qui feront du bien pour de vrai, la place des meubles voire soyons fous les affiches au mur... Dans ma tête les jeux et les livres ont déjà leur place, et si ça change au moment de les installer ce sera encore meilleur. 

C'est un mois ménage de printemps-de placards de cuisine, marre de rajouter des couches de courses quand les tiroirs sont déjà dodus. Et comme c'est plutôt le mois d'achats de plinthes, de radiateurs, de lavabos etc... pfiou! Ça nous fait des dîners de lasagnes aux lentilles, des soupes de haricots noirs, et ce midi une "poularde pie" avec les restes de Noël (et encore des lentilles dans la pie!!). Il y aura sûrement d'autres fournées de cookies pour écouler ces enthousiastes kilos de farine et de chocolat, il faut expier les derniers qui ont reçu les fatidiques 3 minutes de cuisson en trop qui les font passer de "miam ils sont presque crus" à "mince ils croustillent"! (C'est la recette de mon amie, elle met la pâte au frais 30 minutes avant de les cuire, et moi j'y ai rajouté du thym et mis que 100gr de sucre complet). Les choses ont un goût de plus tard, la lumière le matin -sauf le mardi quand je pars vraiment trop tôt- n'est déjà plus la même, je sens que mes yeux s'arrêtent plus longtemps dans le jardin quand j'y passe, les myrtilles ont des pousses bien rouges comme le lilas blanc qu'on a planté à l'automne. Je n'ai pas vraiment le temps de m'y pencher, mais se fait malgré moi en tête une liste des herbes aromatiques que j'aurai envie de planter. 

On se prend une après midi de liberté avec les enfants, et ça n'est pas très raisonnable. On va à la ville voir une amie, et quand on rentre mes yeux piquent et les blaireaux sont déjà de sortie. Ça dort derrière et à la radio ça parle de livres que je ne lirai pas tout de suite. La grande médiathèque vitrée face à la cathédrale que j'ai fréquentée pendant tellement d'heures me manque parfois, c'était vraiment une amie à une période un peu troublée. Je me demande de temps en temps, comme une fiction dans laquelle j'irai me fondre, quelle serait ma vie si j'étais là bas, dans cette ville là, ou dans cette autre qu'on a quittée? Je crois que mes mâchoires seraient bien souvent plus serrées! Et pleine de ah si on avait/pouvait! Ici les si-on-avait/pouvait c'est un sushi shop les soirs d'envies. La non-immédiateté des choses, il nous faut de la peinture, les garçons ont besoin de chaussons, etc, pouvait sonner comme plus de noeuds au cerveau, et bien sur c'est tout l'inverse. C'est une vie rien-n'est-grave, parce que le matin le feu est toujours beau et l'herbe d'un vert toujours inédit. C'est une sorte de lenteur qui se savoure qui s'est immiscée dans nos vies, et j'en suis très heureuse. 

6 commentaires:

  1. Eloge de la lenteur .
    Que c'est doux de te retrouver !

    RépondreSupprimer
  2. Tellement doux et tellement vrai : apprécier tout de la vie même les contrariétés.

    RépondreSupprimer
  3. courage pour les travaux (j'aime bien les photos de chantiers pas photogéniques donc n'hésite pas à en mettre si l'envie t'en prend :-)

    RépondreSupprimer
  4. Et facile à apprendre les sushis quand on est au chaud et bien isolés ��

    RépondreSupprimer
  5. Ah, les travaux! Une différente fatigue. Et quand on pense avoir presque fini, il y en a encore! Crois-moi, un jour c'est vraiment terminé! Contente qu tu aimes la lenteur qui s'installe avec la campagne!

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com