Il était parti pour quelques heures, moi j'avais l'éponge à la main et une énergie à décharger. Ça tombe bien c'était plutôt le bazar autour de moi, mais pourquoi y'a des grains de café partout? Je sentais bien que ça montait, eux ils s'amusaient à grimper sur les meubles qu'on venait d'empiler dans l'entrée pour vider le cabinet (pose si proche du jonc de mer n'est ce pas!). D'ailleurs c'était peut-être un peu dangereux. Une théière était très vite près de moi, évidemment, mais ça n'allait pas suffire... une 1ère amie, puis une 2ème, et la 3ème non plus, personne ne répondait au téléphone, la boule resterait bien au chaud dans ma gorge. Les vies qui sont si pleines qu'elles se mêlent mal. Je regarde la liste des phrases à biffer écrite en rouge dans mon agenda, rien n'était cochable encore, demain soir peut-être. Finir carrelage, plinthes, poser jonc de mer, radiateurs...Quelques jours pour que ça ressemble à quelque chose, d'un coup ça me semblait beaucoup trop court. C'était forcément normal de s'inquiéter, et t'inquiète pas ça va aller sûrement aussi, mais là, la nuit dehors, de la colle autour des ongles et mon jean de chantier encore sur le dos, non ça n'allait pas. Dans une petite semaine tout serait tellement différent.

Le mot chaos ne sonne pas tellement faux, et pendant mes 20 minutes de tricot-liberté le soir, avant ou après le repas, juste avant de m'effondrer, je me demande comment y mettre quelque chose qui nous rechargerait un peu et nous ferait du bien. C'est le sempiternel on verra ça quand ce sera fini qui déboule, et oui tant pis. Un peu maladroite, sur le bureau j'écris sur du beau papier une liste dont le titre est "Prends soin de toi". Des tirets au fumet d'espoir, doigts croisés. Il faut quand même que je promette à cette tête et à ce corps qu'il sera un peu plus prioritaire bientôt, aux enfants que les heures d'unschooling sur le chantier d'accord c'est gai mais que la médiathèque, le poney et la piscine retrouveront aussi leur place dans l'emploi du temps. Pour une dose de chaos en rab ces derniers temps on est cerné de pelleteuses et de boue, pour quelques jours encore je crois. Bref pendant mes heures yeux ouverts la nuit ma prière c'est refermez cette parenthèse je vous en prie! Et aussi faites ce fichu caisson autour du compresseur installé dans le jardin parce que le bruit me rend toctoc! C'est la cerise sur le gâteau qui me manquait pour passer du côté boules Quiès... (Au final je ne les supporte pas, on est allé débrancher l'horrible machine et c'est la grande angoisse pour la suite...pff)

Je pensais me coucher en rentrant tant la journée avait été brumeuse, mais les artisans étaient encore là et François la visseuse à la main, heureux que je puisse rapatrier les enfants à la maison. Bon autant faire un gâteau avec cette crème de marrons, ça c'est une chouette cuisine du placard! Ça fera partie du pack-lunch le lendemain, avec les petits sandwichs au pain noir et au pesto de courgettes... Croisons les doigts pour un petit temps soupape dans la journée pour apprécier tout ça. Et le soir, comme de plus en plus souvent, une soupe. Haricots noirs et concentré de tomates, c'était vraiment la fête des conserves. Pas trop de promenades en ce moment, mais quand même envie d'un pique-nique alors un midi, tout boueux de nos aller-retour dans le jardin avec nos seaux de colle ou outils crasseux, on déjeune de sandwiches. Un avant-goût de plus tard, le fameux.

6 commentaires:

  1. Oh la la ce n’est pas moi que les travaux angoissent à un point qu’on ne peut même pas imaginer qui oserais te dire « t’inquiète, Ça va aller ...! ». quand le corps et l’esprit réclament à corps et à cris qu’une pause s’impose ...je te souhaite juste que ça prenne fin au plus vite et que tu puisses retrouver ce temps pour toi indispensable et précieux ❤️

    RépondreSupprimer
  2. On est dans un projet d'extension avec le chéri. Et tu sais quoi? et ben , c'est surtout la phase démontage , vidage des 4 armoires, rangement/stockage provisoire de 3000 fringues et le processus inverse après travaux, qui me fatigue d'avance. Et me fait hésiter!
    Sinon , une question: j'avais compris que vous habitiez dans un petit village ,assez excentré. les clients vont faire l'effort d'aller jusqu'à toi? tu n'as pas peur de perdre de la clientèle?

    RépondreSupprimer
  3. Mais une fois que c'est fait... quel bonheur! et c'est l'occasion d'un bon tri!
    Ici on a l'habitude de services pas du tout centralisés, on va à tel endroit pour ci, tel autre village ou petite ville pour tel autre besoin/activité... donc non les patients vont mes suivre, et je vais d'ailleurs drôlement augmenter mon activité il faut que je me fasse des traits rouges pour arrêter de déborder de partout sur l'agenda!

    RépondreSupprimer
  4. Courage, courage, chez moi aussi la course contre la montre permanente : les enfants, le boulot,... Je t'embrasse fort !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com