52 portraits 46 / 17 tricots #12












Tricot n°9 (est-ce qu'on est pas presque en décembre? Pfiou l'objectif 17 tricots en 2017, peut-être que ça n'était pas si fou, avec quelques heures de sommeil grappillées!) , enfin crochet n°9 pour des amies aux garçons, trois soeurs qui partagent souvent des moments de jeux. Un peu de traviole, mi ours mi pingouin, mais je les aime bien! 

Enorme crise de confiance/nullissimeté/sables mouvants, en fouillant mes mails pour retrouver un numéro de commande je tombe sur de l'histoire ancienne assez facilement vivifiée, un je t'aime pas, ou même plutôt tu n'es pas bien finalement (exemples à l'appui). Bref le soir il y a eu au moins une part de stollen en trop et même un mince pie en dessert. Quand je serai grande je gérerai les contrariétés autrement qu'en plongeant la patte dans le pot de miel, peut-être? Il y a aussi et surtout les vraies gens qui prennent de plus en plus de place. Un vendredi soir je pars sous la pluie à quelques villages d'ici m'installer à une table inconnue, dans des odeurs de café et de cigarettes. C'est une soirée jeux, la 1ère de notre projet avec l'éducatrice du centre dans lequel j'interviens. Elle c'est une tornade, une gouailleuse gaie, et moi je suis un peu intimidée même si j'essaie de faire bonne figure. Je n'ai pas l'habitude d'être dans cette intimité avec les patients, même si ça m'attire beaucoup et je sais à l'avance que c'est comme ça que je suis sûrement le plus utile. Bientôt les huit enfants de la fratrie sont autour de la table (dont 2 paires de jumeaux!!!) et le papa si bourru ne l'est plus tant que ça quand il bat tout le monde au Uno. La maman nous a fait des éclairs à la framboise et la dernière veut nous montrer sa chambre. Oh que je me sens chanceuse d'avoir trouvé le contexte qui me permet la liberté de faire ce genre de choses! 

Je passe 24h la tête dans un bouquin haletant, Le doute de SK Tremayne, qui ne laisse pas beaucoup de répit. La révision de la voiture et du coup quelques heures forcées dans la ville d'à côté dont la bibliothèque ou la piscine qui auraient pu m'occuper ne sont ouvertes que quelques heures par ci par là m'aide à le boulotter si rapidement, et mes heures nocturnes-yeux ouverts aussi. Je l'avais offert à la femme de mon père à Noël dernier, j'aime l'intimité qui se crée autour d'un livre sur lesquels plusieurs paires d'yeux amies se posent. Et tout ce qui me raconte une île au nord de l'Ecosse me ravit, alors! Pendant qu'on trouve mille petites bêtes au tank familial (ça me coûtera une fortune!) je passe aussi quelques heures chez le coiffeur. On n'est pas nombreuses, des "mini-vagues" sur la tête de dames qui se font belles pour aller jouer aux cartes l'après-midi, des messieurs à la va vite. J'arrive à rendre ma coiffeuse bavarde parce que ça fait partie du plaisir et dans l'emballement je ressors un peu plus claire que prévu...

J'ai envie d'une robe en velours, puis j'en trouve une comme je l'aurai dessinée, je l'achète presque, puis je me dis que ça ne vaut pas tant de minutes au bureau (et je grogne d'être un peu bassement terre à terre). Puis je crée un post-it "à guetter en soldes". Si j'ai envie d'un Noël jolie-robée j'ai de quoi faire. Plus tard je m'offre des chaussons qui auraient du être les plus douillets au monde mais ça sploutchsploutch quand je marche et c'est à peu près mon truc le plus détesté sur terre donc je les renvoie, grosse déception dans ma quête du moelleux! Dans notre agenda de ce qui se passe dans notre famille ça commence vraiment à sentir la cannelle: ces jours-ci on peut lire "spirale de l'avent pâte à sel", "branches pour le calendrier de l'avent", "biscuits pavot/citron", "peindre la spirale" quelques jours plus tard, etc... Il y aura aussi une belle session d'emballage de cadeaux, avoir de la famille ailleurs demandant une certaine anticipation! Aujourd'hui c'est le jour où cuire le Christmas pudding, hier j'ai mélangé les fruits et les zestes dans de l'amaretto (petite fantaisie, on verra si j'ai bien fait dans un mois!), et aujourd'hui pendant 6 heures il cuira dans son moule tout exprès. Savoureuse anticipation, encore!
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

5 commentaires:

  1. Que c'est doux de venir te lire .
    Bon dimanche .

    RépondreSupprimer
  2. Quel tourbillon une fois de plus ! Très bel autoportrait à la cheminée... Petites lumières, rouge, guitare, épices, un moelleux tableau (sans les sploutchsploutch c'est bien mieux, je suis d'accord !)

    RépondreSupprimer
  3. Quand je serai grande ... ah! Je ne la connais que trop bien cette phrase ...
    Mummm je sentirai presque l’odeur de la cannelle jusqu’ici...

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com