52 portraits #40








Oh la la, bien sûr! La veille nous avions choisi les mots et les photos pour lui raconter ses années, décidé de faire les gâteaux avec lui. J'ai étalé le glaçage qui n'avait pas encore été mangé à la cuillère, et décidé d'en faire des cupcakes plutôt qu'un gâteau à étages. On a trouvé le rythme de la chanson, ce qui n'était pas évident à la 1ère lecture. C'était facile et beau de passer une journée dans la joie, les pancakes et la table d'accueil avec ses petites choses et ses mots qui le célèbrent. On met ton beau pull rouge? J'avais bien envie qu'il soit dans du amoureusement fait maison. 

Quand je pars il fait nuit, mais au bout de quelques villages derrière la lune le bleu se fait plus clair. J'espère que Pépin et Odilon ne la rateront pas totalement, endormis qu'ils sont, car ce tout petit croissant et son gros rond que l'on voit en transparence derrière, c'est vraiment joli. Ma tante est arrivée d'Ecosse dimanche soir, et après notre très beau lundi c'était plus que frustrant de partir tôt sur la pointe des pieds. Avoir une idée de leur programme de bonheurs c'est un peu consolant. Hier grandes balades au soleil, dans la voiture je me suis endormie, c'est assez rare pour être délicieux. On a mangé de la soupe et des tartines au chutney de rhubarbe (fait en Ecosse cet été justement) et au chèvre passées au four. Le soir est vite venu, pas vraiment besoin d'un feu malgré le paquet de chamallows. C'était tentant d'aller vite se coucher, petite semaine buissonnière de notre chambre a à nouveau s'endormir en se calant sur leur respiration. Puis ce sont les draps fleuris rouges, et c'était bien le moyen d'arriver vite aux retrouvailles le lendemain soir. 

Dans le magazine qu'elle a ramené on a trouvé la recette pour le gâteau d'Odilon jeudi. Il nous reste du sherry, ouf! Et des raisins qu'il aime tant, et même si c'est pas marqué des prunes comme j'en avais congelé. Dans quelques jours on ira chercher de nouveaux arbres à planter dans le jardin. C'est bien la saison de l'enracinement et des graines, dimanche on est rentré d'une journée chez mes profs de yoga chargés de fleurs et de fruitiers. J'avais prévu de ranger mais c'était bien plus tentant de parcourir le jardin à la recherche du meilleur endroit pour ces iris ou ces pêchers, entre autres! Pépin m'aidait pendant qu'Odilon continuait à dormir dans la voiture, et François, je crois, n'avait pas abandonné l'idée de ranger. Il y a des petites averses de panique, par-ci par-là, des gouttes au nom d'agenda, de patience qui se fait la malle au boulot alors c'est plus nécessaire qu'une paire de bras là bas, la peur d'oublier ce qui ne serait pas marqué. Bon, c'est filer la métaphore à pas d'ogre, mais le parapluie a quand même de belles couleurs... 

5 commentaires:

  1. C'est tellement joyeux à lire et à imaginer, la vie par chez toi !
    Merci Clémence !

    RépondreSupprimer
  2. Comme elles sont jolies ces fiches avec les années qui passent. Ça rayonne d'amour. Merci de partager vos petits bonheurs avec nous.

    RépondreSupprimer
  3. Qu'est-ce que j'aime tes mots du quotidien;)

    RépondreSupprimer
  4. Bon anniversaire à Odilon .

    RépondreSupprimer
  5. figuier pour nous cette année (qu'on m'a offert pour la fête des mères !)

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com