#25












J'avais envie de m'acheter un maillot de bain, parce qu'une valise dans laquelle on glisse un maillot de bain tout neuf c'est une jolie pensée. Et puis j'ai pensé que j'en avais déjà un, qu'il était même pas si moche, rose et un peu graufretté, et d'un coup l'envie avait éclaté comme les bulles que me réclament souvent les boubis. 

Ça commençait à avoir du sens de dire "notre" chambre, et ça faisait drôlement du bien. Il a monté la commode pendant que je clouais les cadres qui allaient forcément faire partie du décor. Le lit est descendu, quelques jours plus tard que prévu, sous l'oeil captivé de nos assistants... Le parquet s'est avéré bicolore, on dit qu'on s'en fiche? Oh oui aller, une étape de plus sur cette épreuve de longue durée et nos dents se seraient cassées à force de grincer. L'armoire sera verte, on pourra guetter le potager, et mon pot à aiguilles sera à moi rien qu'à moi... (Jusqu'au jour où ils sauront déplacer l'escabeau). 

Dans mon tiroir (celui du meuble à fleurs, mi-bazar, mi-garde manger, mi (sic!)-rangement à feuilles de soins) je me souviens en l'ouvrant discrètement que se trouvent trois tablettes de chocolat, en signe de rédemption d'un patient bien tête en l'air qui m'a souvent fait regretter de ne pas prendre mon tricot au boulot. J'avais pourtant pris les restes de kedgeree (une tambouille de riz, curry, poissons, roquette cuites etc), auxquels j'avais ajouté des petits pois vert fluo tout brillants du jardin. Oui, oui, du jardin, sourire béat, yeux brillants, tutti quanti. Mais bref, plus ou moins discrètement, c'était chouette ces carrés au goût d'encouragement.

Sont venues les premières nuits séparés d'un étage, et ne m'était pas vraiment venu à l'idée que ça m'embêterait. J'en avais fort envie de ces murs jaunes, de ne pas avoir à traverser l'étage à pas de souris les jours travaillés, ne pas me maudire et perdre dix minutes à tout retraverser si j'avais oh malheur oublié une culotte. N'empêche, les deux premiers couchers pour l'instant ont été très joues-mouillées, pour moi. On a toujours dormi tous ensemble et cette complicité de nuits est si chouette. Je pensais qu'elle traverserait le tout fin plancher, mais on ne sent pas leur odeur ici! (Re-sanglots). Comme il est parfait il a dit un lit, ça se remonte. Mais on essaie un peu quand même? Et savoir qu'on n'était pas obligé si on y arrivait pas (enfin, "on"...), ça mettait déjà de l'air dans la gorge. On a ri en se disant que dis donc, ça nous ferait une chambre d'amis de luxe si on remontait dans notre chambre commune finalement... On va la mettre sur Airbnb! Mais peut-être que ça ira, et que mes montées nocturnes, juste un petit coup, me suffiront. (Bon et puis Odilon a fini la nuit chez nous, petit bouillotte, hier, sous l'oeil un peu content un peu tssss de son papa, alors...). 

6 commentaires:

  1. oh la photo des 2 hommes endormis (avec la position improbable du minus)!!!oh et puis celle d'Odilon dans la cuisine!! elles me donnent le sourire en 1 seconde :-)
    Courage pour le déménagement en bas, à 4 c'est parfois du sport mais les savoir en haut seuls, c'est dur pour le cœur d'une maman ;-)

    lolabelle

    RépondreSupprimer
  2. Oh ces photos merveilleuses, merci, c'est un cadeau précieux pour commencer la semaine! Et me reviennent les souvenirs de berceau ou petit lit frôlé, de petits bruits de bébés et de silence si lourd quand, les travaux avancés, chacun s'installe dans SA chambre... Nous aussi nous avons connu les phases travaux qui imposent de grands dortoirs... c'est si bon! Byzettes

    RépondreSupprimer
  3. Quand est-ce que tu nous fais un livre de recettes de cuisine et de petits bonheurs ?

    RépondreSupprimer
  4. hello ptiot!
    je sais pas comment tu vois que de temps à autres je reviens sur moi.......L'ordi était en panne alors j'ai laissé passer des épisodes chez toi comme parfois..puis je récupère et je laisse pas des messages à tes jolis billets.....je bois aux thés bercée au vent de ton jardin où jouent tes petits barbouillés authentiques.....je croque les tartes et autres biscuits....je suis la ligne de tes mailles ..j'admire......je me souviens.....le chez nous qui était un peu comme ça......moins efficace je crois......j'en suis sûre....mais un temps d'espoir de couleur vert....
    ..mais toi tu l'as croisé le camion rouge.!
    ..tendresse Clémence.....je suis silence mais pensées souvent.....

    RépondreSupprimer
  5. Simple, modeste et beau : c'est ta première photo, mais peut-être tout le reste ainsi aussi ?

    RépondreSupprimer
  6. Des petits récits qui font le coeur tout chaud tout chamallow! C'est bon de te lire avec mon premier café du dimanche :-)

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com