#15










La salle de bain était de celles qui me donnent envie d'y marcher sur la pointe des pieds, mais c'est que je suis nulle dès qu'il y a du marron quelque part. Sur la mini-terrasse les oiseaux ne sont pas farouches, et mangent toutes les miettes même si celles de gâteaux bretons sont plus vite mangées. Ma grand-mère sent la crème nivéa, comme toujours. Elle range ses aiguilles à coudre dans une pochette en velours que ma mère lui a faite, toute petite. Je suis un peu jalouse qu'elle l'ait connue plus longtemps que moi, et je voudrais qu'elle me raconte tout, tout d'elle. Le manduca est cassé mais les pattes dodues cheminent, lentement mais avec avidité. 

J'ai aimé ces toits de chaume et ces pierres grises qui disent qu'on est ici. Le vent nous rappelle les vacances en amoureux, toute endeuillée et un peu sur la lune que j'étais, seule sur la plage et dans le ventre aussi. Une chatte nous avait adopté, et à l'époque on ne mangeait pas encore d'huîtres. Mais beaucoup trop de galettes et j'étais rentrée drôlement arrondie! La deuxième fois, un poussin blond et intimidé par la mer, et un Odilon qui nageait en moi. Les moules avaient meilleur goût qu'à la maison, et j'étais seule à me baigner. Premières vacances à quatre, dans les galettes je mets de la purée de carottes et du tartare, Odilon lèche les coquillages tout salés qu'ils sont. Dans une rue sans brouhaha on tombe sur un restaurant afghan dans lequel les aubergines ont bien meilleur goût qu'ailleurs. 

On rentre en pleine nuit, l'éclairage du village est éteint et tout le monde semble dormir, ou boire un café dans le noir derrière la fenêtre. Le coffre est tout foutringue, on y déniche le nécessaire pour la nuit: lits, chiens en peluche, peaux de moutons et bouillotte. Les joues sont rouges et les bouches un peu grognonnes, on aurait besoin de boire. Flanelle s'installe sur des sacs de course, faute de panier. Demain bien sûr ce sera moins le chantier. Au réveil Pépin réclame de tout coeur une voiture rouge, et moi un thé. Je suis contente de retrouver celui au sirop d'érable et au bacon, celui qui me surprend toujours d'être si bon. Je fais durer la surprise d'aller voir ce qui a changé dans le jardin en une semaine, je vois déjà de loin que les pivoines m'ont attendu. Un voisin est venu arroser les fraisiers et les tomates (plantées trop jeunes sûrement), et dans notre sac un kouign aman lui dira merci. Avant la mairie on passera à l'aire de jeux, se donner du courage...On décide du résultat qui nous permettrait d'ouvrir la bouteille de champagne qui traîne dans le frigo depuis longtemps. Non mais en vrai, ce serait quoi le moins pire? Le sable qui reste dans les chaussettes nous permet d'avoir encore un peu la tête ailleurs...  

4 commentaires:

  1. Joli texte , comme toujours .
    Oui , ce serait qui le moins pire ???

    RépondreSupprimer
  2. Il me tarde d'être à ce soir !
    Bon courage pour la reprise .
    Avec la tête encore remplie des belles images de cette magnifique région de France .

    RépondreSupprimer
  3. Le moins pire....
    Quelles belles histoires tu nous racontes et quelles jolies images ...merci .....
    Je me souviens de ces posts "tête ailleurs" ...je ne comprenais rien mais je ressentais ta douleur ....
    Moi aussi , j'aimerais bien qu'on me la raconte, mais plus personne pour me raconter.......


    RépondreSupprimer
  4. Saint Malo ? On partira peut être par là-bas en fait... Oh on verra bien.
    Ils sont beaux tes petits blonds, la Bretagne leur va bien !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com