#13









J'ai décroché avec un tonitruant helloooooo! Je pensais au lien vers ce cottage près d'Inverness que je lui avais envoyé dans l'après-midi. Elle m'a répondu I've got awful sad news et dans le ventre jusqu'au menton j'ai retrouvé ces sensations. Celles qui disent qu'on ne veut pas savoir mais que si, dans quelques secondes mon monde ne sera bientôt plus le même. Je cherche des explications, parce que je sais que le flou pèse lourd après, mais il n'y en a pas vraiment. Seulement que la vie hoquette et qu'en échange de ces paillettes de bonheur on serre parfois les poings sur de petits cailloux de verre. Je hoquète en disant qu'un deuil par dessus les deux autres même pas finis, est-ce que ça va pas drôlement faire tanguer le navire? Je n'aurai pas l'occasion de présenter mes garçons à ma grand-mère d'écosse, et je suis très triste. Ma mini-famille, nous ne sommes plus que deux ma tante et moi à porter ce nom (à part les centaines d'autres écossais j'imagine! Mais de notre branche j'entends...). C'est tellement brouillon, après, quand on ne dit pas au revoir. 

Le soir on a trop bu-fumé-mangé de frites, c'était une catharsis bien maladroite, et le bain qui a suivi a peut-être mieux aider à éponger le coeur. Le lendemain, aujourd'hui, les deux théières matinales ont ramené des idées plus claires, presque malheureusement. Dans leurs sillages des envies de pansements plus ancrés dans la vie. Sublimer qu'on dit? Mais bien sur je n'en suis pas là. Quatre yeux bien attentifs en face de moi, j'avais quelques minutes plus tard les mains dans une pâte à cinnamon rolls aux noix de pécan. Pépin ne voulait pas me croire que non, ça ne se mange pas cru. Il a fallu attendre que le soleil raconte midi pour qu'on s'installe sur le banc en pierre avec des mmmmmhcestbon et des tasses de thé. C'est vrai que c'était délicieux, ce fourrage aux dattes à la cannelle. 

La journée aux pieds nus, mal à la cheville, doigts collants, bazar dedans-dehors. Les sites de vols/de train, les calculs d'itinéraires m'ont donné mal à la tête. I want to be there, arms are the best healer in those times, lui ai-je écrit. Et dire au revoir un peu quand même. Le soir du doudou un peu plus *nous* que la veille, un bol -des pois et des fleurs- de polenta avec ma sauce au poivre, à l'estragon, et au vinaigre de cidre préférée. Un délice qui semble sorti d'un livre d'enfant, le plat qu'apporterait une maman joliment coiffée à son garçon en pyjama rayé malade, dans son livre à l'édredon rouge matelassé. Quelque chose comme ça un peu. Demain et mardi je prends le train tôt, une formation, et j'ai hâte de ces temps qui m'obligeront à une passivité bien salutaire. Tricot, cahier, mots, et ne pas avoir à être le chef d'un navire qui ne doit pas couler, même si ça n'est que pour une heure. 

14 commentaires:

  1. Mille pensées douces et chaudes pour elle et pour toi. Pour les 4 yeux à qui il faudra continuer de la raconter pour qu'elle fasse partie de leur vie quand même.
    C'est drôle j'ai moi aussi eu deux jours de formations après et j'ai aussi eu l'impression que c'était ce qu'il me fallait. Que je n'aurais pas pu faire mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'en reviens épuisée mais toute nouvelle aussi! merci : )

      Supprimer
  2. Je pleure avec toi et je te embrasse fort.....Martine

    RépondreSupprimer
  3. Que dire, à part je pense à vous que je ne connais que par ce blog ?
    Bon courage
    Léonie

    RépondreSupprimer
  4. Douces pensées pour toi en ces moments si tristes .

    RépondreSupprimer
  5. Toutes mes pensées t'accompagnent ainsi que ta petite tribu en ces douloureux moments.
    C'est si difficile ces épreuves de la vie...

    lolabelle

    RépondreSupprimer
  6. Oh non c'est trop triste… je t'embrasse très très fort…

    RépondreSupprimer
  7. Je pense bien à toi, je t'envoie mes douces, très douces pensées.

    RépondreSupprimer
  8. il faudra nous la raconter votre grand-mère; la mienne est toujours tellement dans mon coeur, même après 23 ans; je ne vous connais qu'à travers vos publications mais j'ai bien envie d'aller faire bouillir de l'eau, de remplir votre théière rouge à pois blancs et de vous rejoindre au jardin...et puis quoi, c'est pas bon cru les cinnamon rolls? depuis quand??

    RépondreSupprimer
  9. Je pense à toi. Une mamie c'est pas rien...

    RépondreSupprimer
  10. Mes condoléances, ma belle, tu tangues mais ne couleras pas, ils te tiennent tous autour de toi.

    RépondreSupprimer
  11. Je découvre cette nouvelle un peu tard. J'ai le coeur gros pour toi... et peu de mots...

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com