#12






Heure d'été, oh oui! 


En rentrant de l'escapade, sur la route, personne ne vendait encore de mirabelles mais on aurait presque pu y croire, après cette fenêtre sur l'été. Sur cette plage les enfants guettent les autres, vont piquer un ballon, les lancers de caillou dans l'eau dans un grand bruit qui pétille fascinent Pépin. Je repense à cet article qui écrit qu'aujourd'hui une grande majorité des parents se repose sur l'école quant à la socialisation de leurs enfants, à tord car l'auteur écrit que la famille est la « première cellule de la société », à vocation éducative "dans un sens fondamental". On nous dit ok, mais pour la socialisation c'est quand même importantJe dis souvent que la socialisation, ça n'est pas mettre les enfants côte à côte... Alors là bas, les pieds frottant le sable, je pense à ce qui se dessine pour les garçons comme vie d'écoliers, sans la vraie école, et je pense à ces moments ici et aux rencontres qu'ils ne manqueront pas de nourrir... Petits créateurs de société, partout. 

Le soleil d'accord, mais il est malgré tout encore temps de faire une apple pie en fin d'après-midi, avec beaucoup de cannelle et un peu de sucre de coco sur les pommes. Les garçons mangent alors qu'il fait jour, ça permet de guetter les oiseaux un peu plus longtemps. Les lasagnes aux céleris, aux poireaux et aux champignons leur plaisent. Une petite voiture finit dans la compote. Odilon a encore une mèche collée par de la cancoillotte, malgré le bain. Il prend un long bain, pendant ce temps là je cherche des nouvelles de ma binôme de régime (sic!!!), mais elle ne répond pas alors je me sens un peu seule. Instagram est plutôt du genre à faire grandir cette sensation, alors non. Heureusement à la radio c'est la lecture d'un scénario d'une histoire aigre-douce assez hypnotique. L'histoire se mêle à la mienne, sans que ça me fasse monter les larmes. 

On devrait manger non? Demain il était prévu que je commence à peindre notre chambre. J'aimerais planter de la moutarde. Nous aussi on goûtera les lasagnes, et il reste du pain pour le petit-déjeuner. Au moins la sous-couche, j'espère.
EnregistrerEnregistrer
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

15 commentaires:

  1. Je comprends bien, tu penses, vus pensez à l'école à la maison ?
    On a bien failli nous aussi... A deux doigts, j'avais tout annulé la veille de la rentrée ! C'était avant d'avoir bien compris le vrai profil des garçons...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ce qui se profile...qu'est-ce qui t'a fait reculer? Tu y repenses maintenant?

      Supprimer
  2. J'ai eu un élève qui allait à l'école (alternative quand même ;) ) pour la première fois à 17 ans. C'était de loin le plus mûr, cultivé mais aussi sociable de mes élèves, parce que se foutant complètement des normes, allant vers ceux qui lui ressemblaient comme vers les autres... c'était intéressant d'être sa prof :) (D'autres enfants scolarisés depuis 3 ans deviennent des ados et des adultes très chouettes, je ne dis pas que l'école est une horreur absolue,ce serait très schyzophrénique de ma part... mais il existe des alternatives qui peuvent être tout aussi chouettes, voire plus. Et je crois que ça dépend beaucoup des enfants et de leur personnalité, identité propre.

    PS : C'est où cet endroit magique ? Tes photos sont superbes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'écrire ça! Nous, entre l'expérience de "l'intérieur" de l'E.Nationale, et moi qui en voit les... dysfonctionnements d'une certaine façon, du moins les conséquences pour certains enfants, ça nous paraît la seule perspective en quelque sorte. Et on trouve qu'on est au bon endroit pour une école de la vie et des expériences riches. Je suis sensible aux écrits de Catherine Baker et aux idées du unschooling qui prônent une vie sans école tout court, bien que je conçoive qu'en France ça ne soit pas tellement possible (à creuser!) et que de façon générale ça protège les enfants. Mais je crois qu'on aimerait s'en approcher, et permettre aux enfants de se construire via un fort sentiment de liberté.
      On en discutera!! Et le lac c'est à 15 minutes de chez nous, c'est super!

      Supprimer
    2. En effet , vous avez l'air de réunir les conditions idéales pour cette expérience , avec un papa qui a été formé et disponible d'après ce que j'ai pu comprendre, un environnement plein de ressources pour apprendre Je n'y connais pas grand chose mais cela paraît à tenter sans trop de risques :)))....
      Il y a longtemps j'ai vu un docu sur Pierre Gilles de Gennes , le physicien et prix Nobel . Il avait une maman très cultivée et pas conformiste (et riche, ce qui facilite!) Il n'est jamais allé à l'école , et a beaucoup voyagé ....par la suite , en dehors de sa prestigieuse carrière très intense , il a vécu libre de toutes normes sociales (il avait 2 familles en même temps par exemple !) ......Il disait que c'était son éducation hors système qui l'avait rendu libre et heureux

      Supprimer
    3. C'est intéressant merci d'avoir raconté ça! Sortir des normes c'est tentant!

      Supprimer
  3. En voyant la 1ère photo , j'ai cru que vous étiez en vacances au bord de la mer .
    Quel bonheur pour les enfants de jouer au bord de l'eau !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour du matin ensoleillé, je te lis depuis 1 mois et je me laisse glisser dans ton écriture avec délectation ! Notre fille de 9 ans n'a pas fait d'école à la maison, et certaines années, j'en ai eu de gros regret... mais d'autre furent de véritable état de grâce, avec des instits qui ont un grand talent... au final je ne sais que penser... juste à la prochaine balade d'ici 10 jours sous les mirabelliers en fleurs ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est génial d'avoir eu ces personnes précieuses sur sa route! Tu l'as accompagnée autrement, et ce coussin est aussi précieux qu'un autre!

      Supprimer
  5. Bonjour Clémence, je te rejoins à nouveau sur le sujet... Après des rencontres enrichissantes, de nombreuses lectures passionnantes, certains films, et beaucoup de réflexion, d'introspection, nous avons pris la décision de ne pas scolariser nos enfants quand l'âge sera venu... Otto a 14 mois et un deuxième bébé est prévu pour l'été ;-)
    On est sereins par rapport à ce choix et convaincus que c'est un très beau cadeau qu'on peut leur faire.
    Les apprentissages autonomes sont tellement enrichissants et enthousiasmants que je n'ai aucun doute quant à l'avenir de mes petiots ! Ils choisiront librement plus tard SI et QUAND ils souhaitent intégrer une structure scolaire.

    Des lectures décisives :
    - John HOLT "Apprendre sans l'école" / "Les apprentissages autonomes"
    - Peter GRAY "Libre pour apprendre"
    - Ivan Illich "Une société sans école"
    - Le film "Etre et devenir" (coup de coeur !)
    - Le film "Les enfants de Summerhill"
    ...et surtout, pour l'ouverture d'esprit et l'accessibilité :
    - STERN, père et fils, Arno et André avec "Et je ne suis jamais allé à l'école", "Lâge d'or de l'expression", "Le jeu de peindre", etc...

    Tu verras, tout se recoupe, se croise, se ramifie, tout vous confortera dans l'idée de vos choix tant cette liberté est belle et primordiale pour VIVRE HEUREUX !
    LA règle d'or (loin des personnes toxiques), comme lors d'une grossesse/naissance/rencontre avec bébé : PATIENCE & CONFIANCE, en vous deux, en eux deux/trois/quatre ;-)...

    Bonne route !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore le prénom Otto, François n'est pas d'accord et ça me rend triste!

      Supprimer
  6. Oh l'instruction en famille, quel choix ! (Je me pose pas mal de questions là dessus et j'ai découvert quelques blogs très chouettes dont celui-ci que tu connais sûrement, une petite merveille, je trouve : http://www.eveherrmann.com/blog/ )

    J'ai une petite élève qui vadrouille beaucoup avec ses parents, elle vit en camion et s'est posée dans le village où j'enseigne pour une année (cette année scolaire). Elle n'avait pas été scolarisée pendant un an et demi et n'a eu aucun souci pour arriver dans ma classe. Une petite très ouverte, très tranquille, qui a partagé plein de chose de sa vie tellement différente avec les autres (j'espère qu'au passage ça leur aura fait découvrir que dans la vie autre chose est possible...) Et puis cette petite repart dans quelques jours, trop la bougeotte, envie de repartir sur les routes ! Je trouve ça très riche de pouvoir croiser des chemins comme ceux-là, avec des vies pas toujours faciles (on est bien d'accord, la vie en camion...) mais quand même, c'est une petite fille pleine de fantaisie, de créativité et de rêves.

    D'un point de vue de maîtresse, je trouve aussi intéressant de pouvoir se questionner sur d'autres façons de faire la classe... alors bravo, parents attentifs, pour ce choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces mots, je ne connais pas ce blog, il a l'air très joli. Je tiens un peu tout ça à distance, n'ayant pas encore besoin de ressources, c'est parfois la course à la perfection et je m'en méfie un peu!
      C'est chouette ces témoignages d'enfants ouverts qui s'intègrent bien, on nous dit parfois qu'on va en faire des extra-terrestres, et c'est vrai que c'est aussi d'une démarche de les "préserver" de quelque chose, alors ces récits d'enfants bien dans la vie sont rassurantes!

      Supprimer
  7. Quel beau choix! J'y avais beaucoup pensé quand Antoine, qui a 14 ans maintenant, avait 3 ans. Mais il était très en demande de copains (fils unique à l'époque), très très remuant, pas du tout autonome pour la moindre activité. Le papa pas très partant, j'ai renoncé. Du coup, Antoine a rencontré des instits formidables, vraiment, avec quelques anichroches par-ci, par-là, qui m'ont fait repensé au home-schooling... Mais globalement, je pense que j'étais sans doute pas assez informée et sûrement trop fâtiguée pour tenter l'expérience de manière intéressante et constructive! Le blog Amy et Liv est génial, je le suis aussi depuis hyper longtemps! byzettes

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com