Samedi matin pré-travail dans lequel je m'autorise un rang de tricot, pas très raisonnable mais le thé est trop chaud et à la radio ce qu'ils racontent m'intéresse. Ces rangs de dentelle sont  plutôt du genre hypnotique, et la couleur de la laine façon miel chaud incite à ne pas le lâcher.  J'oublie de regarder le menu du soir en partant et dans la voiture je regrette, c'est une des petites pensées-doudou à emmener avec moi pourtant, aussi infime puisse-t'elle paraître. Peut-être soupe et cheddar scones? Mais ça c'est pas demain plutôt? Dans le four pour eux -mais j'espère qu'il en restera quand même quand je rentrerai!- il y a une tarte aux pommes, des golden poussées pas loin dont je garde les pépins comme des trésors. Je les ai rapées, et j'y ai ajouté de la poudre d'amandes, les épices qu'on préfère, du citron et surtout des noisettes*du*jardin, que ça me rend tellement heureuse de dire ça. 

J'avais rendez-vous avec le yoga pour la première fois cette semaine et quand je suis rentrée dans la pièce c'est comme si j'avais déjà cette douce et chaude odeur en tête. Il y avait un monsieur barbu, très souple, un poêle qui aurait appelé un chat et une couverture. J'ai très vite eu les joues rouges, de corps qui marche et de plaisir d'être là, de ce temps uniquement voué à me faire du bien. Il y a eu ce moment merveilleux sous mon plaid d'écosse, à méditer accompagnée par la voix du barbu, claire et dense. J'avais bu beaucoup trop de thé avant de venir (à la noisette, ceci explique cela) et du coup j'ai testé les toilettes -sèches- avec curiosité. C'était dans un grenier dans lequel des grandes tables étaient recouvertes d'herbes et de fleurs qui séchaient, l'odeur de nuit et d'un peu de mystère était là aussi.

Il y eu une journée brouillard, nuit d'avant un peu trop hantée et malgré la valériane et ma plus jolie robe j'étais grise un peu, je crois. Quand je suis rentrée de ma matinée-sérieuse les gars étaient au boulot dans le futur cabinet. Je me suis dit mince j'ai pas préparé de cookies. Pendant que les garçons jouaient avec le ciment frais (sic), on a discuté de l'aménagement de ce grand rectangle là. Eux, ils étaient pas trop partants pour cette idée de toilettes sèches qui a commencé à germer dans mon esprit, conquise que j'ai été. Vous vous voyez vraiment vider le seau? Non, non, moi je vous mets quand même le tuyau (comprendre pour de vraies toilettes), le temps que vous réfléchissiez... On a fait plein de traits au sol, et j'espérais ne pas avoir l'air chiante mais on a un peu tâtonné pour caser tout ça, moi je ne suis pas bonne pour imaginer des pièces alors qu'au sol c'est encore de la terre battue. Mais en me couchant j'ai pensé aux fauteuils dans lesquels les discussions seront sûrement plus faciles, à mon coin bouilloire et aux plantes qui seraient bien heureuses derrière la fenêtre. Et aussi à ce que je pourrai leur cuisiner lundi, quand ils reviendront, pour me "rattraper"...

15 commentaires:

  1. Jolie première rencontre, à ce que je vois! Le yoga au coin du poelle, ça a de quoi réconforter. Je suis ravie que cette découverte ait été douce!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé te lire . Comme d'habitude .
    Mais alors , des toilettes sèches ?????!!!!!
    Ca ne me parait pas du tout une bonne idée .
    L'artisan a bien fait de te dire de réfléchir .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui pourquoi? J'y vois écologie/économie et "éducation" des gens. Moi même je n'y aurai jamais pensé si je n'avais pas testé et trouvé ça plutôt chouette! Mais ça m'intéresse d'avoir des points de vue!

      Supprimer
    2. Je n'ai jamais testé et je ne connais personne qui en a .
      J'ai pensé de suite à plusieurs choses : la contrainte que ça représente d'aller vider , laver et désinfecter le seau , tout au long de l'année et quel que soit le temps . L'endroit très beurk où on vide le seau et ce que ça implique au niveau "microbes" . Sans parler du fait que vous serez bien ennuyés si un jour vous voulez ou devez vendre la maison .

      Supprimer
    3. C'est sûr que le mieux , c'est de pouvoir discuter avec des gens qui en ont , afin de voir les avantages et les inconvénients .

      Supprimer
    4. A la place de "microbes", il faut lire germes pathogènes .
      Impossible de trouver le bon mot tout à l'heure !

      Supprimer
  3. Coucou Clémence, j ai testé les toilettes sèches et franchement j'ai pas aimé ! On en reparlera quand on viendra vous voir. Des bises. Martine.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai testé les toilettes sèches et j'adore. ça sent bon, c'est très sain, je trouve ! Mais heu, chez monsieur, barrière psychologique.
    J'ai envie de crumble en te lisant et pour combattre la grisaille, une astuce : je fais dix pompes à chaque fois que je parle de l'école à la maison. Aïe mes bras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'adore l'odeur!! et je trouve aussi ça plus propre 'bizarrement"... C'est ça après il y a une sacrée barrière! Haha j'adore ta méthode! Moi j'ai tous les soirs du boulot sur les genoux (compte rendu/compta...) alors je serai une sacrée musclor : )

      Supprimer
  5. Bonjour Clémence, en rénovant notre maison cet été, nous avons choisi de retirer la toilette de l'étage, dans la salle de bain, et d'y installer une toilette sèche. Dès l'emménagement ! Cela fait 8 mois, et nous sommes ravis de notre choix ! Les copeaux frais et sec permettent d'éviter les odeurs. Avant de rénover la salle de bain, dans plusieurs années, nous avons simplement fermer les arrivées et descentes d'eau liées au WC. On verra plus tard si on en a besoin ou pas.

    Pour ce qui est de l'aspect pratique, nous avons un très grand jardin, avec deux composts, sur lesquels nous vidons le seau 2 à plusieurs fois par semaine (selon notre occupation de la maison), et nous recouvrons le contenu avec des feuilles mortes ou des herbes de tonte en été. Nous rinçons le seau avec de l'eau de pluie.

    Il reste une toilette ("à eau potable" :-) au rez-de-chaussée, celle que les invités utilisent... Mais nous, on ne va quasi jamais à la toilette là ;-) On préfère celle d'en haut... Comme quoi !
    Bonne réflexion et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Fanny pour ton partage! Pareil ici, le jardin est drôlement grand, on a déjà 3 composts et on aurait de quoi en faire un réservé à ces wc. Et en feuilles mortes on a ce qu'il faut hum! Je trouve que ce serait chouettement "militant" d'avoir des toilettes comme ça dans un lieu public et permettrait de convertir ou au moins de faire un peu cheminer des gens qui n'y auraient jamais pensé...
      Et vos copeaux, vous les faites avec un broyeur?

      Merci encore!

      Supprimer
    2. Avec plaisir Clémence !
      Parfois on croise ce genre de toilettes dans les activités "alternatives"...
      Nous, la première fois qu'on en a utilisé, c'était en WWOOFING ;-)... Avec carrément le pipi d'un coté, le "reste" de l'autre...
      Pour le moment, malgré que je suis menuisière à l'occasion, nous utilisons des copeaux "neufs", afin d'éviter les colles et autres produits issus des bois lors du rabotage. A l'atelier, on ne sépare pas les copeaux de chêne de ceux du MDF... Et comme on met tout cela sur le compost, on essaye d'être cohérents sur toute la ligne.
      Depuis qu'on est installé, on a consommé ⅔ d'un tout gros ballot de copeaux compressés pour chevaux, vendu en graineterie autour de 8€.
      Mais l'idée serait plus tard de faire nos copeaux nous-même, comme tu dis, avec les branchages du jardin broyés ou des bois rabotés, mais sélectionnés.

      Bonne continuation de votre coté.
      Ici aussi les premiers travaux au jardin ont repris ;-)

      Supprimer
  6. Il est question de toilettes sèches, alors je pose une petite trace ici. Cela fait un an et demi que je partage la vie de mon amoureux, que j'ai emménagé dans sa maison. Avant ça, j'étais aux toilettes sèches depuis bien longtemps. Pour moi une question écologique et toute somme logique (utiliser de l'eau potable pour faire partir nos besoins .... !). Et même si ici, c'est de l'eau d'une cuve de récupération, cela me pose problème. J'ai eu l'impression d'un gros retour en arrière avec ces toilettes (humides :)). Déjà, j'ai horreur du plouf ! qui s'en nous mentir, nous arrose parfois et puis dans ma logique, ce qui vient de la terre, revient à la terre, alors on composte et on donne tout cela aux plantes après, elles seront bien heureuses ! Nous avons pour projet de les mettre très vite, les seaux sont là, la structure est en construction dans notre tête, bientôt en vrai. Bisous. Florine

    RépondreSupprimer
  7. Coucou!
    Alors pour les toilettes sèches, comme tu t'en doutes, je suis à fond pour! Par contre, dans ton cabinet, tu risques d'avoir des soucis de norme/ERP... (tsss, la rabat-joie!). Bises!

    RépondreSupprimer
  8. Hello! si les wc font la bonne taille (1,5*1,5), les toilettes sont à la bonne hauteur, la porte à la bonne largeur, le palier devant etc etc, enfin tout bien comme ils disent, je vois pas pourquoi ça n'irait pas? Ils ne disent pas "chasse d'eau obligatoire" ahah!! : )

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com