Dimanche, réveillée par un oiseau qui faisait un drôle de bipbip. Petit moment d'oscillement entre le lit chaud et l'idée d'un thé qui le serait encore plus... Le thé, et l'idée que le chien devait bien avoir envie de sortir je dois dire, ont gagné. J'ai marché le plus doucement possible, mais entre Odilon et moi l'ouïe de dauphin est réciproque, quand je suis passée à quelques pas de lui il a grogné dans son joli sommeil. Une caresse sur la joue en échange de quelques tasses de solitude. J'écris ça mais ce n'est pas que je cours après. Ces idées de s'oublier/se manquer, une fois qu'on devient une famille, ne me parlent pas trop. Les fusionnants que nous sommes, peut-être. Mais surtout pour me trouver, je sais à quelles portes toquer. Un bain dans lequel je peux lire au moins un article de Flow ou de Taproot, une session de marche, ou une réunion où j'ai un poil l'impression d'avoir été entendue. Et puis, ici, aussi. Pour ça, a contrario d'avec les enfants, je prône la qualité plutôt que la quantité. 

Semaine boumboum, ou un truc comme ça. Quelques jours avant j'avais finalement décidé de ne pas annuler ce rendez-vous avec la neurologue, qui n'avait même pas été reporté dans mon agenda 2017. D'un coup en sortant d'une sieste, la seule de janvier malgré mes résolutions, je me suis dis qu'il fallait que j'y aille et qu'elle m'aide. Qu'elle enlève de mes épaules ces multiples couches de poids: l'inquiétude que ce soit plus grave que ça (qui a annulé le jour même son IRM en décembre et le regrette bien maintenant à chaque trou de mémoire ou manque du mot?!!), l'idée que si ça ne s'arrange pas c'est que je suis nulle à appliquer les mesures diététiques qu'on m'a prescrites en médecine chinoise (culpabilité et auto-prescription d'être parfaite du tonnerre), et que ça devient peut-être un poil déraisonnable de persister avec ce traitement qui marche bien pour le sommeil mais pas pour ces fichues crises d'épilepsie sorties de nulle part il faut bien le dire. Une amie me dit oui, ça y est, tu as envie de libérer de la place pour autre chose et c'est ça. C'est trop, d'y penser en s'endormant et en se levant, de lui demander à peine après un bonjour c'est bon, ça a été cette nuit? D'y penser face aux tout petits que j'ai au cabinet, que bon sang faudrait pas que ça m'arrive maintenant etc, etc, etc. Ça n'arrive pas si souvent, en fait, mais cette condition épée de damoclèstique est devenue d'un coup insupportable. Ça me vole trop de pensées. 

En nous accueillant elle a dit vous ici?? en rigolant. En 1h30 j'ai ri/pleuré/ri/eu peur/pleuré,pleuré,pleuré/regardé François en fronçant les sourcils 15 fois/regardé des photos de cerveaux en me disant que les cours de neuro c'était vraiment loin. Elle m'a dit que ce médicament ci était compatible avec les grossesses, et moi je n'avais même pas envisagé l'inverse -naïve dans le déni que je suis-. Mais l'allaitement non et c'est une pensée qui me fait invariablement pleurer, même si d'ici là de l'espoir ce sera peut-être glissé là dedans. Que c'était le léger de la bande, et que nonnonnon ça ne devrait pas enférisé ma vie comme le précédent (qui avait fini par m'emmener aux urgences, tant lui et moi on n'était pas compatible). L'état d'esprit beaucoup moins à contre-coeur devrait aider à la tolérance. Elle a demandé à François s'il me trouvait dégradée et j'ai cru que j'allais m'étrangler. Moi j'ai demandé combien de temps c'était censé durer, et j'ai encore du mal à me dire qu'elle a  répondu un truc comme toute la vie

Combien de baisers d'enfants, de tricots réussis, de balades aux belles surprises, de cookies parfaitement cuits, de voyages qui donnent envie de se réincarner là dans la prochaine vie, de livres qu'on ne pose pas même quand les yeux piquent, de mains dans le dos qui réchauffent mieux qu'une bouillotte, de souvenirs qui ne brûlent pas mais portent, de petits et grands pas au bureau, de semis qui donnent et d'amis tatoués dans le coeur... pour compenser ce caillou dans la chaussure au goût si injuste?

21 commentaires:

  1. Ouhlà, c'est un bien gros caillou ça... Un petit stage de tailleuse de pierre peut être ? Ou de ponçage doux ?
    Enfin toutes mes pensées chaleureuses qui t'accompagnent. La vie parfois, c'est pas trop facile... mais à toi (à nous) de trouver nos propres chemins détournés...
    Je t'embrasse fort, courageuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tailler ces pierres, c'est une bonne image ça! De celles auxquelles je n'aurai pas pensé et qui me font dire que j'ai bien fait de poser ces mots là!

      Supprimer
  2. Oh là !! j'ai envie de te serrer dans mes bras ..quelle caillou pointu ! et tu as raison tellement injuste...pfff , j'ai le coeur serré ...
    Toute mon affection , Clémence .....

    RépondreSupprimer
  3. Oh doucette... Effectivement c'est pas rigolo cette affaire la... Ya de quoi être en colère face à ces épreuves de la vie. Je ne doute pas que tu vas surmonter celle ci comme tu as surmonter celle passées. Continuer à construire du bonheur comme tu sais si bien le faire. Je t'embrasse chaleureusement et je suis la par mail si besoin. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup beaucoup, ces petits mots je vais en faire un joli mobile pas loin de mon lit, je suis sûre que ça vaudra bien un cachet...!

      Supprimer
  4. Oui c'est ça le mot, injuste, c'est tellement injuste. Je pense bien à toi. Je sais que tu vas apprendre à faire avec, mais ça reste dur. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  5. C'est les larmes aux yeux que je t'envoie le plus gros câlin virtuel qui soit. J'adore te lire même quand c'est difficile. Une dose de moment présent pour calmer le coeur et les peurs. Que ce petit caillou t'aide à devenir tout légère comme les flocons qui virevoltent et tourbillonnent à ma fenêtre. Courage et beaucoup d'amour.

    RépondreSupprimer
  6. Sans doute que toute vie esr alourdie de certains cailloux qui piquent un peu trop, et en effet c'est injuste... ah si nos petits cailloux à chacun pouvaient nous rendre plus sensibles à nos frères humains...? Je t'embrasse fort!

    RépondreSupprimer
  7. OH la la, on ne peut jamais dire "pour toute la vie", le corps est tellement mystérieux, en attendant essaie d'apprivoiser cette nouvelle;)

    RépondreSupprimer
  8. Du courage ma Clemence, de la patience, et la force pour vivre avec ce foutu caillou. Je t'embrasse fort . Des bisous à partager avec la tribu. Martine.

    RépondreSupprimer
  9. Bon alors voilà, moi aussi, j'ai une maladie chronique depuis trèèèèès longtemps. Pas la même que toi mais une pas marrante non plus, une damoclestique aussi. Le caillou au fond de la chaussure, j'y pense tout le temps. Il n'y a qu'au cinéma, quand je lis ou quand j'aquarelle que j'oublie. C'est pour cela que je vais tant au ciné, que je lis tant de bouquins et que j'aquarelle un peu tous les jours.
    La vie est tellement belle !

    RépondreSupprimer
  10. Je lis à l'instant ton commentaire sur mes yogis... Oui, le yoga, essaie. Ca aide à vivre avec les cailloux, ça ne les enlève pas, ça ne les émousse pas, ça n'y fait pas moins penser, mais ça y fait penser mieux... Courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé un cours juste à côté de chez moi, une sacrée aubaine dans ma campagne très campagne! J'essaie demain soir... "y penser mieux", c'est tout à fait le chemin qu'il me faut prendre!

      Supprimer
  11. Ma chère... ton post a tellement d'échos avec ici&maintenant ; je nous les souhaite pierres précieuses, ces cailloux dans nos chaussures. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. Je reste bête devant mon écran à ne pas savoir quoi te dire... je sais que les mots ne changeront rien au caillou, mais que s'ils étaient justes ils feraient "mieux voir" le caillou, comme le dit si bien le point et la ligne. Alors je t'embrasse de tout coeur et te souhaite toujours ces miettes sur la table, parce que c'est ça la vraie vie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les miettes au sol ça compte aussi? : ))) Merci Clotilde!

      Supprimer
  13. Je pense très fort à toi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie, ces bonnes ondes sont sûrement thérapeutiques!

      Supprimer
  14. Bon courage, même si les mots paraissent dérisoires.
    Léonie

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com