#1




 Petits poseurs assortis! 

Samedi fin d'après-midi, soir si l'on est honnête je rentre de travail-coursettes avec une impression de marathon dans les chevilles. Il y avait peut-être un rendez-vous ou deux de trop là dedans, moi qui aime tant travailler le samedi, cette fois-ci la magie n'avait pas opérée. C'est Pépin qui m'accueille avec un enthousiasme guérisseur, et une grande envie de raconter sa journée. Odilon dormait, Flanelle aussi cela va sans dire, et François faisait de l'enduit. Tout était bien dans le meilleur des mondes, en somme.  Sur le calendrier des menus, suivi avec enthousiasme, c'était tatin de poireaux et tiramisu libanais. Alors, hop, au travail. Un thé, quelques chichi dans un bol (mes racines anglo-saxonnes sont à blâmer, certainement). Pépin s'est installé debout sur le banc qui entoure le plan de travail, exactement comme on l'avait imaginé-rêvé le jour où on a décidé que la cuisine serait comme ça. Lui aussi a sa planche et son couteau, et on coupe les poireaux avec enthousiasme. A la radio ça a l'air intéressant, mais moins que ce que Pépin a à raconter, des histoires un peu mystérieuses qui demandent une danse subtile entre encouragement et étayage. La pâte est prête et la cuisine sent le curry. Un bonhomme ébouriffé aux joues rouges nous rejoint bientôt, il sent bon le sommeil et le moelleux. On en est aux pistaches pour le tiramisu, et là une cuillère chacun et de quoi transvaser et c'est vite mi un chantierpaspossible mi un gai atelier. 

Le soir le pull qui m'occupe depuis quelques jours gagne une manche et pour le lendemain on fait sur le canapé-radeau des projets de peinture de futur lit de grand et de marche qui donneront forcément les joues rouges. Dans le cahier bleu qui me suit partout je raconte mi honteuse mi fière ces paniers virtuels pas validés. J'ai l'impression qu'à la fin du mois ça fera une sacrée somme ces envies qui disparaissent aussi vite qu'elles sont venues. Une fois cette épine honteuse du pied enlevée, je crois bien que cette petite charrette que je tire ne trimballera plus que de quoi semer ou nous envelopper. Je lui dis tu crois que c'est comme la clope ou le coca, un truc qui pique les 2 premières semaines, et qu'après pouf tu te demandes même comment c'était dans ta vie? Il se moque un peu, mais je crois qu'il comprend que là c'est vraiment une chouette et grande marche qui me semblait interdite jusqu'à peu que je grimpe. 

Je rentre d'une de mes sorties bâtons aux bras un peu chancelante, pleine de pensées neuves et d'un réservoir de confiance en ce corps-machine un peu plus rempli. J'avais vraiment besoin de me sentir fonctionner -à peu près- correctement et je crois que j'ai trouvé mon remède. Arrêter tout produit laitier, tant qu'on n'a pas inventé le Mont d'or au lait végétal, bof (désolée médecin chinois), mais m'aventurer sur les chemins alentours moufles et bâtons aux mains, toute de polaire vêtue, oui! J'adore le côté berçant de ces mouvements qui s'enchaînent, je passe de la contemplation des oiseaux qui s'organisent à celle des chevaux. Je pense, mais pas trop. Quand je rentre je lance vite le riz et les lentilles en vue du parmentier de brocolis prévu (inédit ici!), et je file dans un bain à la fleur d'oranger. Auto-ordonnance très joyeusement suivie!
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

14 commentaires:

  1. En 2017 on se fait du bien ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Une fois de plus je suis émerveillée par ton petit mélange de sucré-salé, de délices en cuisine, de petit chantier avec les garçons qui semble te donner des ailes ou en tout cas être tellement moelleux, alors qu'ici, parfois, ça picote un peu et ça frictionne... Tes recettes donnent envie de se mettre en cuisine illico presto. A quand un livre des recettes Tinoftea-esque pour réveiller les papilles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Je ne sais pas à quoi tiens cette alchimie, mais moi aussi je suis un peu bouche bée de comme "on se va bien" en quelque sorte. Enfin attention, tout n'est pas parfait, on a passé 2 semaines à avoir envie de jeter Pépin par la fenêtre parce qu'il ne voulait plus se coucher le soir! (Heureusement on a trouvé un livre magique (Bonne nuit Balthazar) et le retour de la gigoteuse semble l'avoir apaisé... )
      Ahah et le livre, je n'oserai même pas y penser, mais à planter la graine comme tu le fais, qui sait? Ce sera dans mes bonheurs 2018!

      Supprimer
  3. Mais qu'ils sont donc jolis ces bébés...
    Elles sont douces vos histoires, j'aimerais m'installer sur la marche autour du plan de travail et boire un the fumant tout droit sorti de cette merveilleuse théière à pois en vous regardant faire....1000 fois oui pour le recueil de recettes by Clemence!

    RépondreSupprimer
  4. Qu'ils sont beaux à croquer , tes p'tits loups !

    RépondreSupprimer
  5. Doux et jolis mots... auxquels on peut venir se réchauffer !

    Léonie

    RépondreSupprimer
  6. Magnifiques bébés ..heu, non, petits garçons maintenant !!
    Ahhh , un bain...dans notre nouveau chez nous , une douche seulement....., parfois surtout ces jours de froid ci , on rêve d'un bain ....on va peut-être s'acheter une baignoire gonflable , en se disant que ça nous servira de piscine cet été !!!

    RépondreSupprimer
  7. Presque que du bien-être, si je comprends bien ?

    RépondreSupprimer
  8. J'aime te lire nous conter le quotidien... ❤

    RépondreSupprimer
  9. tes garçons sont si beaux !!!! merci pour cette poesie que tu amenes dans nos vies quand on se reconnait un peu dans tes mots ;)

    RépondreSupprimer
  10. J'aime j'aime j'aime te lire !
    MERCI.

    RépondreSupprimer
  11. Il y a des gouttelettes d'amour qui sont passées à travers l'écran ;) Oh et oui, un livre de recettes "unchantierpaspossible", ça serait génial!!

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com