Et du saumon, et du mohair, et des caissons de cuisine partout, même certains avec des tiroirs qui ne s'ouvrent pas tout bien, que c'est quand même énervant. Le poêle est là mais il y aurait peut-être un souci, parfois ça marche, et parfois non. Et c'est un peu énervant. On a pris des petits déjeuners qui nous félicitaient de la petite journée de travail qui avait déjà eu lieu, et au bout de 2 jours que ma tante était là il a fallu ouvrir un nouveau pot de confiture de mirabelles. On a mangé 2 jours de suite la même chose, mais c'était parce que c'était des moules avec des frites, et on a bien bien parce que la 2ème fois mon bouillon était drôlement meilleur, de ceux dans lequel on trempe un morceau de baguette dedans, à la fin. Je fais un 2ème doudou à Pépin et à chaque qu'il passe à côté de moi il se frotte le nez dans les pelotes. 

Aujourd'hui ça n'était pas très marrant de partir au travail en laissant ces rires à la maison, même avec un poêle branlant et des assiettes sales dans l'évier. J'ai en tête la salamandre d'hier soir et les comptines qu'elle leur a chanté dans la voiture. Nos discussions sur l'école à la maison et le bourgogne aligoté. J'ai pris dans mon sac la tisane au curcuma qu'elle m'a ramené, et du pain à la confiture, pour faire durer. Dans son sac à elle, un pot de confiture dorée et des herbes du jardin. J'adore cette maison et cette vie qui fait des cadeaux. Les maisons dont on repart les valises chargées, comme les souvenirs chez les mamies le dimanche. 

Ce soir il me faudra commencer les valises et bloquer le châle pour l'amie. Il faudrait vraiment qu'on mange une soupe pour compenser ces journées de croissants et de glasgow scones. J'espère qu'il aura avancé dans les caissons, et pas découvert une embuche insoupçonnée. Je sais aussi qu'il aura préparé la bouilloire, et c'est bien ce qui compte, ça et les joues dodues qui attendront mes baisers. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com