J'ai triché ce matin, j'ai taillé une très jolie et triangulaire part dans le victoria sponge doré qui veillait sur ma future victoire (oh tiens d'ailleurs!). Pendant que la 2ème bouilloire chauffait je suis allée voir les roses, le nouveau pied qui jouait les romans Harlequin, bouton à peine ouvert et gouttes de rosée. J'ai préparé les affaires pendant qu'ils jouaient dans le grand lit. Le sac commun, mon grand sac bleu rempli de grigris pour la salle d'attente, un livre tout neuf -enfin corné et sentant le vieux parquet, mais neuf pour mes yeux, Enfance et adolescence de Tolstoi, ambition de beaux mots- un tricot pour une bébée déjà bien née. Rien n'avait vraiment commencé et déjà des larmes. Elle est où l'ordonnance? Ce carré blanc que j'avais nonchalamment laissé trainer dans la voiture a disparu, pour mettre un peu de sel et se dire que les actes manqués gros comme des maisons, hein, tout ça. L'hystérie (un poil ridicule) de bon matin mais tu te rends pas compte, un scanner ça doit coûter 1000€ (sic), elle est où bon sang? pieds qui tapent par terre et tisane d'orties qui refroidit toute seule.

La journée entre heureuses retrouvailles avec les chouchous du mardi (re-sic, mais ces petits blonds à la suite, leurs grands yeux qui racontent plein de trucs et leurs bouches qui ne suivent pas), cette maman qui pleure d'entendre son fils articuler un mot, "un vrai, où on comprend", les barres aux dattes et à l'orange grignotées entre deux, parfois même en prétextant un coup de fil, je le confesse. C'est passé vite et presque sans penser à l'échéance. Seules les missives étoilées m'y faisaient penser, les bras des amies et même leurs poèmes qui jurent ou presque que tout ira bien. 

Une fois sur place, dans un bâtiment aussi réjouissant que l'arrière boutique d'un supermarché (et aussi coquet je dois dire) la secrétaire faisait son rôle de secrétaire énervée, et moi avec mon rendez-vous à 19h15 je faisais sûrement office de patiente-de-trop. Les larmes aux yeux je lui dis vous savez, c'est déjà vraiment pas agréable d'avoir à faire ça alors... Lui doit partir emmener les bébés, alors je me retrouve seule dans la salle d'attente d'où vont et viennent d'autres patients. Ils n'ont pas l'air aussi barbouillés-mâchoires serrées que moi, comment font ceux qui lisent? Je les envie, quand moi je fais des aller-retour aux toilettes pour me moucher. Je voudrais mes bébés dans la poche! écris-je à une amie, ils sont encore mieux dans ton coeur! et là je pleure. 

Monsieur blouse blanche 1 me prend la main exactement comme il faut, me raconte le produit qui chauffe "un peu" (hum!!!) et son collègue arrive même en renfort pour dire que si, si, on s'en sort de cette boîte. Ils me disent à travers la vitre non, non, chantez dans votre tête, il ne faut pas bouger, c'est pas beau quand c'est flou un cerveau! J'attends le verdict dans un box saumon très parloir de prison américaine, une pile de Figaro magazines à côté de moi. Il ne m'en faut pas plus pour broder un moment de dernier condamné. Heureusement très vite la porte s'ouvre et une tête dont je sais au premier coup d'oeil que je ne retiendrai pas le visage me dit "c'est bon, vous pouvez souffler, rien à déclarer!" et pouf, reparti. 

Sourire et grande marche à pied, milliards de baisers aux bébés. Dommage que mes rosiers ne fassent pas partie de la fête, on reste encore en ville car demain c'est l'étape neurologue, quand même, comprendre ce qui fait des étincelles. En tout cas rien qui rend la vie trop grise, et une fois qu'on a vécu ce soulagement là, ne devient-on pas yogi heureux d'emblée?
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

12 commentaires:

  1. Waouh quelle aventure et quel soulagement ! Trop bien ! Des péripéties qui donnent de quoi savourer encore plus qu'on l'aurait cru possible les câlins des bébés, les mirabelles, les rosiers et tout le joli reste... Bon courage !

    RépondreSupprimer
  2. mmmm! oula ouf chouc ! des millions de bisous !

    RépondreSupprimer
  3. tant mieux si tu souffles à nouveau !

    RépondreSupprimer
  4. Ouf ! (on a vécu l'angoisse et l'attente pour Romane il y a dix huit mois... c'était rude!) Contente que tu sois soulagée!

    RépondreSupprimer
  5. Ils relisent 15 fois les mêmes phrases bien sur, en tout cas c'est ce que moi je fais, c'est juste pour me donner une contenance et canaliser mon désespoir et mes angoisses...mais ouf tu n'as rien!

    RépondreSupprimer
  6. Heureuse de te savoir en bonne forme !! Très bonne idée la petite radio portable, c'est exactement ce qui me faudrait pour écouter les ondes le matin sans réveiller toute la troupe...

    RépondreSupprimer
  7. Oh mince, j'ai vécu en très raccourcie ton angoisse et le réconfort, mais j'espère de tout coeur que ce sera une histoire terminée rapidement, elle n'a pas l'air très gaie celle là... Des bises moelleuse, ensoleillées et venteuses

    RépondreSupprimer
  8. Oh la vache, je suis en larmes... Quel soulagement mais quelle angoisse quand même. Et puis les Figaro Magazine dans le box rose saumon, c'est over too much. Plein de bonnes ondes pour la case neurologue et tu rangeras toute cette épopée au rayon des souvenirs... Je ressors ma rengaine: Grand épeautre non hybridé et recettes de Sainte Hildegarde de Bingen, bienfaitrice des femmes depuis l'an mil (c'est presque un slogan tiens!) En plus c'est délicieux, et très reconstituant!
    Si je peux me permettre, il se pourrait que tes plans de laurier, romarin etc soient plantés un peu trop serrés... Ca fait vide au début mais quand ces végétaux se plaisent, ils deviennent vite exhubérants et c'est un creve-coeur de les rabattre sans arrêt...

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com