C’est le soir et j’ai fait tout ce que je pouvais faire sans bruit pour nous avancer dans les travaux. Mes mains bleuies de bleu baltique racontent les coups de pinceaux. Ça sonne toujours un peu comme un blasphème de cacher du bois, mais une maison sans bleu ça n'a pas le goût de chez soi. Les bébés ne dorment pas encore, enfin une des deux (alternativement l’un ou l’autre) et ce soir c’est le grand. Il se dit dodo, dodo en sautant dans son lit, mais l’auto-suggestion ne semble pas bien fonctionner. J’ai reçu un nouveau livre qui me donnerait envie d’avancer de beaucoup l’heure du coucher, mais goûter ce pseudo-calme dans le jardin, ce plaisir est à étirer. Les mots réchauffés de la radio, ses râleries contre la porte-coulissante (celle qu’on appelle l’impossible maintenant), mais à voix basse maintenant, ce qui n’est pas plus mal pour sa future crise de nerf. Je ne sais pas encore que dans cet endroit au nom de chez nous je peux prendre un livre dehors sur ce banc de pierre qui ne reste pas froid longtemps sous les fesses et repousser jusqu'à la nuit le moment où il faut avouer qu'on n'y voit vraiment plus clair.

Dans ce qu’il nous faut modeler dans l’argile de cette nouvelle vie c’est rebondir sur ces soirées ou il y a encore à peine une semaine on se serait dit on se commande un truc à manger? On grignote les biscuits des bébés alors que j’essaie de répondre positivement à ses grognements qui disent qu’on n’a rien à manger. Mais si on a des petits pois/de la ratatouille/des céréales/des yaourts…! Même si rien ne me chante vraiment non plus. Il faudrait plus d’énergie et une logistique un peu plus huilée pour rendre ces temps spartiates et campants un peu plus goûtus. Demain de l’aide arrive, et des douceurs avec, ce qui devrait rendre le sourire à nos soirées pique-nique frugales. Autours du barbecue les limaces viennent se chauffer, et c'est presque aussi amusant que dégoûtant, même si ici elles ont des petites cornes qui les rendent familières. Les champignons au paprika ça fonctionne très bien, mais les aubergines auraient du mariner un peu plus longtemps. C'est drôle ces expériences qui nous rendent neufs comme des enfants. 

1 commentaire:

  1. Une partie de mémory (que je reconnais du premier coup d'œil tu penses) avec vous sur le banc en pierre, ça me dirait tellement !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com