Dehors ça sent le barbecue et ça me rend un peu jalouse. Même si en fait, je n'y trouve jamais grand chose à manger. Nous on grignote une tarte au fromage et des miettes de pain au chocolat. Nos mains sont rouges et vertes, on est fourbu, et il va falloir s'habituer je crois à ces sessions de manipulations chronophages, celles qui piquent les bras et n'ont pas l'air de faire avancer le  schmilblick à la maison. On avait fait ça tous les quatre, Pépin très enthousiaste à nous aider à soulever les plaques de plâtre, imitant très sérieusement mes couinements d'effort. Odilon un peu plus grognon puis finalement très occupé à regarder la vigne vierge s'agiter. Les travaux vont être drôlement plus vivants, avec ces compagnons là pas loin. 

Un mercredi à l'agenda griffonné de partout. Des noms en rose, en bleu, au crayon de papier, et deux patients "volant" à rajouter en cas d'absent... Le premier thé n'a lieu qu'à 13h, je suis surprise de n'y avoir pas pensé jusque là. J'ai l'impression de faire de l'à peu près, de ne pas viser très juste dans le regard que je pose sur tel ou tel symptôme, mais pendant ce long mercredi les baumes au coeur pleuvent. Les patients et leurs parents, à leur façon, me disent qu'eux ils ont bien trouvé leur place dans cet endroit que je leur propose, et je n'ai qu'à les suivre, finalement. Je gagne même un carambar, un stylo à paillettes, et plusieurs bisous. 

Un coucher difficile, des dizaines de câlins et de bercements de ce bébé, mon garçon si bon pour se fondre en moi, un vrai bébé koala. Parfois si nouveau-né dans ses étreintes. Un dernier baiser, un je t'aime dans le creux de l'oreille, et notre soirée commence un peu. Il me dit ça nous manquera quand Odilon ne sera plus bébé! Je souris, je suis contente qu'il partage ce picotement lui aussi... Je lui dis, c'est pas grave, on en fera un autre! et on rigole. On sait que c'est vrai, et c'est gai cette porte qui pourrait s'ouvrir à tout instant. (Même si pas avant qu'on ait l'eau et l'électricité à la maison!!). 

6 commentaires:

  1. J'aime beaucoup comme tu racontes cette période "entre-deux", en transition, avant que la maison soit terminée, qu'un troisième bébé (chouette) s'invite, que tu te sentes tout à fait bien dans ton cabinet... C'est doux et nostalgique à la fois.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, oui, c'est tout doux...mais quelques nuits de bon sommeil avant le 3 ème hein, sinon le beau pompier sera de retour...

    RépondreSupprimer
  3. Hi hi hi ! Allez zou : un autre, un autre, un autre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon coeur dit oui mais mon bassin dit non!!! : ))

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com