Au bureau l'oolong au caramel a remplacé le thé vert à la rhubarbe. La chair de poule est tenace, et je peux passer des journées à me sentir comme saisie par une averse pendant une promenade en forêt. Des petites choses pour amplifier le souffle, quelques heures volées à l'agenda, le parc pour tout nous seul un jeudi après-midi, cette case enfin cochée à côté "d'escalier" dans le cahier de la maison... 

On part en goguette quelques jours, enfin une histoire de formation, et j'appréhende d'être séparée un peu plus que les trois jours par semaine habituels. Pendant la journée j'apprends tout un tas de choses que j'ai vite vite envie de proposer aux bébés avant de les tenter au cabinet. C'est fou et excitant cette route que je n'aurai pas dessinée, même en rêvant, et sur laquelle on avance, concernant nos choix éducatifs et pédagogiques. Je crois que ça va être très gai, et la montagne de formations qui m'attend me fait un peu l'effet d'une poupée russe parée de ses plus beaux vêtements. Pendant ces quelques jours on se retrouve après mes heures nourrissantes, on se promène jusqu'à en avoir les pieds rougis, les maisons sont bleues, roses ou saumon, les balcons toujours fleuris. Ma glace est à la noisette et à la violette, celle de Pépin forcément au chocolat, et il donne le sourire à tout ceux qu'il croise tant son enthousiasme à la manger est débordant (c'est vraiment le mot!). 

Je biffe, j'efface, les mots se mettent mal et sonnent un peu creux. J'écoute à moitié des histoires délirantes dans les pieds sur terre, qui me dépriment car mardi justement une patiente me racontait mon malaise et ce que j'avais raconté pendant cette demi-heure de disjonctage... Brr! Dans la salle d'attente les gens attendent à présent en musique. Moi je l'entends un tout petit peu depuis mon bureau et ça me fait beaucoup de bien. Certains ados la trouvent bizarre et font une grimace, qui tire souvent vers le sourire. Dans cet appartement qu'on loue le temps d'être ici, il y a des plantes partout et une douche dans laquelle je tiens avec tous les bébés. Elles ont bon goût, ces heures qui comptent triple. 

5 commentaires:

  1. c'est toujours doux et apaisant par ici, je vous envie souvent! bien sûr, j'imagine que derrière les mots il y a peut être des maux non dits mais même, tout paraît toujours finir par s'apaiser...et ça fait du bien quand de ce côté-ci c'est beaucoup plus orageux!

    lolabelle

    RépondreSupprimer
  2. Pas toujours facile d'être écoutante... Ici du soleil, enfin, j'espère qu'il arrivera bientôt chez vous !

    RépondreSupprimer
  3. Rroooh les beaux crânes de bébés sur la photo : j'adore ! Et les bouts de couches qui dépassent !
    Alors, est-ce qu'on se fait coucou cet été ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiii! tu m'envoies un mail ou me donnes le tien que je te dise ce qui est prévu? C'est un très chouette perspective en tout cas!

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com