Ça sentait la confiture de fraises dans toute la maison, je m'étais couchée avec une ambiance de rideaux vichy et de marmite en cuivre dans la tête. En réalité le voisin du dessous faisait une espèce de rave, Odilon s'essayait au rôle de bébé dont les dents l'embête et j'avais plutôt froid mais plus le courage de ressortir du lit pour me faire une bouillotte. A voix basse, pour ne réveiller personne, on discutait de notre vie de papi sur mesure, et de celles qui nous attendaient, un jour. On racontait loin, assez loin pour qu'on puisse y raconter tous les possibles. Cette tarte d'anniversaire nous a mis le sourire jusqu'aux oreilles à chaque bouchée, et chaque ami de passage par ici va certainement y avoir droit tant elle donne envie de récidiver et de la partager avec ceux qui rendent la vie jolie. 

Dans le flou, un peu, j'ai les images de mer que m'envoie ma tante de St Andrew's, j'y imagine les odeurs de fish & chips. Je pense aux jonquilles des voisins qui me rendent jalouse, un peu, que j'ai hâte d'en être là... Dans une carte qui m'a mis les larmes aux yeux une amie salue mes différentes facettes notamment la toute dernière, "chef de chantier". Mais bon sang je dois encore manquer d'expérience car je n'y suis que peu efficace. Je vous rappelle, je vous l'envoie tout de suite, je vous tiens au courant, et autres paroles encourageantes, qui font se dire bon-là-ça-y-est... Puis en fait non. J'aimerais ne pas rentrer dans le jeu où c'est le plus chiant qui gagne, et qu'on ne mette pas la lenteur de tout ça sur le fait que je suis soi-disant trop gentille, mais je ne trouve pas le chemin. Le sourire n'est jamais loin quand je me dis que ce ne sont pas des expériences que je devrai vivre trop de fois dans ma vie.

C'est un thé au strudel qui nous a accompagné toute la journée, Pépin aussi l'a adoré. Sur la fenêtre des renoncules et un passage à l'âge d'après tout en douceur, moelleux comme enroulée d'une couette. Grand bébé nous a apporté tous les livres de la maison (à peu près) pour qu'on lui raconte, et se mettait à râler à chaque dernière page, travail de longue haleine! Moi je ne suis pas encore tout à fait chez moi dans mon nouveau bureau, ou peut-être surtout pas assez assurée, mais ça me colle un blue du dimanche et stress de bon sang est-ce ce que j'ai prévu pour cette séance demain est pertinent? J'essaie de conjurer ça à coup de câlins à rallonge et de lecture plaisir saupoudrée de tisane mais, mais, mais je me couche encore souvent les mâchoires serrées. 

6 commentaires:

  1. ton expérience de "chef de chantier" est exactement la même que la mienne. Beaucoup à apprendre visiblement de mon côté aussi :-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut se coaché entre nous! j'ai prévu d'appeler demain et de tenter un mix de plus grosse voix et de lamentations-supplications, on va voir si ça fonctionne un peu (rien qu'un tout petit peu!). Je te dirai...

      Supprimer
  2. Ca sent bon le printemps, chez toi! (Chez nous le chien mange les jonquilles, je suis donc moi aussi envieuse de celles du voisin.) Les dents et le chantier, ça pique un peu (ici aussi, d'ailleurs)... mais c'est la vie qui pousse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la, notre chien les mangera peut-être aussi alors? l'arnaque! Des dents chez toi aussi? Et même un chantier?

      Supprimer
  3. De bien jolies photos avec une dominante de rose . Les renoncules sont de toute beauté . Et bébé respire le joie de vivre .
    Bon courage pour cette période " chef de chantier " . Je ne sais pas s'il y a une méthode meilleure qu'une autre . Ni si ce comportement si typique ( et détestable ! ) en France est le même ailleurs .
    J'aime beaucoup " le passage à l'âge d'après " . Bon anniversaire donc .

    RépondreSupprimer
  4. Moi j'adore les chantiers mais ça fait tellement longtemps, pfiou!

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com