Emmouflée je suis, juste à temps. Peut-être même un peu en retard, j'ai fait quelques trajets les doigts douloureux de froid... Mais je me refusais à acheter des gants, trop chers, trop peu de laine, venant de trop loin etc, etc, vous connaissez la petite chanson décroissante qu'on est beaucoup à fredonner plus ou moins malgré soi. Comme une chanson qui passerait souvent à la radio et qu'on s'approprierait sans être sûr qu'on l'a aimé la 1ère fois qu'elle est passée.

Mais ces moufles, elles, je les aime c'est sûr! Deux petites bouillottes de mains, une laine qui me donne envie de ne jamais arrêter de la tricoter, et hop le duo est gagnant. Elles me font presque l'effet de la chapka rose et noir avec laquelle j'ai dormi plusieurs nuits, petite, tant j'étais heureuse de l'avoir. J'étais plutôt fière de garder mon enthousiasme pour la 2ème, tricoter 2 fois de suite la même chose sonne parfois un peu râbachant à mes oreilles. Mais l'envie de douillet a triomphé. 

C'est une saison où seuls le coeur et les mains semblent virevolter, j'ai un peu laissé la tête de côté. J'essaie de remonter les marches d'une pensée rationnelle, mais mon coeur bat encore un peu trop fort pour ça. J'essaie de glaner une sieste ou deux pour lire un article sur cette pathologique pour laquelle on a pris rendez-vous et que je n'ai jamais "fait" (que c'est moche dit comme ça je sais!), préparer ce bilan un peu impressionnant du mardi matin... Bref remonter sur le cheval d'une Clémence qui ne serait pas qu'une maman béate. J'ai presque un peu hâte, car je sais que cette vie là va me plaire aussi, je connais la joie des retrouvailles le soir, la sensation d'être toujours connecté. Et je sais comme ces échanges autour du bureau ou sur le tapis, avec des inconnus qui le sont de moins en moins au fil des séances, me sont nécessaires, me debout-ifie (sic, sic, sic). 

Encore quelques théières de thé aux muffins aux myrtilles, un châle qui avance, de la cuisine les oreilles dans des chansons gaies qui font danser Pépin. Et quelques coups de peinture aussi, sinon ce cabinet n'ouvrira pas! 

15 commentaires:

  1. Se debou-ifier, que j'aime ce mot! Moi qui ai intuitivement et spontanément choisi comme bonne résolution de prendre la vie comme elle vient, je dois dire que je rajouterais bien aussi me debou-ifier! Merci Clémence!!

    RépondreSupprimer
  2. Oh ces moufles, trop belles ! Peut-être un de mes projets à emporter en Inde pour tricoter un peu sous le soleil et la chaleur ? Chouette de savoir que tes nouveaux horizons de vie t'enchantent :)

    RépondreSupprimer
  3. je te comprends tellement! et tes moufles whaou, elles sont superbes!

    RépondreSupprimer
  4. "J'essaie de remonter les marches d'une pensée rationnelle, mais mon coeur bat encore un peu trop fort pour ça." Olala merci pour ces mots qui résument si bien ce que je vis en ce moment, ma bébée de 6 semaines dans les bras et le monde qui continue de tourner sans que je parvienne à y prêter attention... et plus largement merci pour vos mots en général qui sont comme des petits chapitres d'un bon livre qu'on ne veut jamais voir finir !
    Elsa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Else, joli cadeau en retour qu'un commentaire comme le vôtre!

      Supprimer
  5. De belles pensées qui nous mettent de la musique dans le coeur et les oreilles, pour danser avec Pépin!

    RépondreSupprimer
  6. Très jolis les gants ! Tu es douée .
    J'aime bien la photo du chien qui partage son panier . Il m'a l'air bien brave .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui le pauvre il se fait voler panier et croquettes sans broncher! Un grand frère stoïque!
      Et je ne sais pas si c'est être douée ou docile, finalement c'est suivre les indications et un modèle le tricot! ☺

      Supprimer
  7. Très jolies moufles et merci pour le lien ( si je puis me permettre, quelle est la laine fétiche dans laquelle vous les avez tricotées ?)
    J'en ai rêvé tout l'hiver et je les tenterais bien pour le prochain...
    Comme Sylvie, je me suis amusée du bébé dans le panier du chien.
    Bon courage pour les derniers travaux
    Léonie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la rowan tweed, laine et angora, un vrai bonheur et dans de très chouettes coloris!
      Merci!

      Supprimer
  8. chez toi il y a tellement le goût de la vraie vie ... j'aime j'aime j'aime !!!
    Et pouvoir se réchauffer le bout des doigts d'une laine travaillée par soi...quelle récompense.
    Voilà qu'il me vient des envies de muffins trempés dans du thé et dans des rêves d'hiver tout doux qui n'en finit pas.
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour le renseignement.
    Bon week-end !
    Léonie

    RépondreSupprimer
  10. La Rowan c'est toujours un délice surtout les tweedée;)
    et que j'aime l'arrière fond de cette photo qui me fait beaucoup beaucoup sourire.

    RépondreSupprimer
  11. J'aime bien vous suivre et ce nouveau cabinet et ces nouveaux patients, quel chouette projet qui me donne envie!! un jour sans doute...Que tes mots sont justes pour parler de ces sentiments suspendus entre le temps des enfants et le reste de nos vies.
    Merci et que la suite soit jolie!
    Gelisette (sur ig)

    RépondreSupprimer
  12. En repassant prendre des nouvelles, je découvre Pépin et Flanelle qui se partagent le même divan douillet… De quoi sourire de bon matin, un thé muffin et myrtilles dans la main (tu m'as trop fait envie, je suis passée dans mon salon de thé pour le Tricothé vendredi, et j'ai craqué !)
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com