Vacillements. Mis bout à bout ces instants de sommeil qui ont fait ma nuit... peut-être 1h30. Pas assez pour que ça ne tourne pas quand je me lève, pour que je remarque le ciel bleu. Ça me demande un peu plus de discipline de prendre les choses comme elles viennent, et je suis submergée d'une rage que je ne savais pas cachée en moi quand je découvre les bêtises du chien dans la cuisine et l'entrée...je voudrais qu'une doublure vienne assurer les étapes du petit matin, seulement le temps d'un bain, que mes mains cessent de trembler. Le plus petit des bébés est rouge et froissé, comme s'il venait de naître. De la liste des choses à faire, je coche toutes celles qui peuvent se faire à une main. Je mets mes mains devant mes oreilles en pensée quand je croise une collègue, tu as maigri non? Ou alors c'est juste parce que tu es fatiguée, et quand les copines sont trop loin pour que ça fasse l'effet d'un câlin. Cahin-caha on y arrive, je pense même à mettre du fenugrec dans la tambouille au potimarron. Pépin est au lit et je guette François, presque à travers la fenêtre, pour enfin une petite bulle dans la journée. Mettre la tête sous l'eau, ne plus être là, quelques minutes seulement. 

Le lendemain toute neuve à nouveau. Pendant un des réveils j'ai la chance de voir la rue pleine de paillettes de froid, et un peu plus tard un ciel rose de petite fille. On marche sur une never-ending liste de choses à faire, de la broutille à l'impératif, on n'est pas trop de deux pour trouver des respirations là dedans. Heureusement les âmes amies-aimées viennent, prennent mes bébés sur leurs genoux et dans leurs bras, donnent le dessert ou un verre d'eau. Mes mains n'ont plus qu'à caresser le petit dos du chat qui se nourrit, et une chose à la fois de temps en temps c'est un grand cadeau. 

12 commentaires:

  1. ah ces moments là!!! quand la fatigue est si intense qu'elle fait vaciller...mon dernier a 3 ans et il y a des jours où ça tangue encore!! j'ai vieilli de 10 ans par manque de sommeil, heureusement, petit à petit, quand même, on récupère, on se défroisse...Vive les copines aimantes et aidantes et abat les rabat-joie qui ne parle que les cernes!

    lolabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait du bien cette compassion, merci beaucoup! Quand je vois les nuits de 14 voire 15h de Pépin, c'est une belle carotte! (et celles de 20h de Flanelle n'en parlons pas : )) )

      Supprimer
  2. Je t'embrasse très fort ma chère Lobster. Je t'envoie plein de sable ... tu sais, celui qui aide à endormir les enfants ... et parfois les parents. Courage.T'es trop forte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh oui, je vais aller vivre dans une sablière : )) merci Marine!

      Supprimer
  3. Oh, je pense très fort à toi. Que ces journées avec de si petites nuits toutes hachées paraissent parfois interminables… Juste un petit bouton pause ou cette doublure oui, ce serait parfait.
    (Rhinopharyngite ici depuis lundi soir, fièvre, toux, "maman porte", une grande partie de la journée… )
    Prendre les choses comme elles viennent oui, et grappiller les minutes de sommeil. Tout doux tout doux, je vous embrasse tous les 3 !

    RépondreSupprimer
  4. Oui plein de pensées parce que celle qui dit que ça ne lui ai jamais arrivé franchement chapeau !

    Combien de fois à l'accueil j'ai entendu (et il n'y pas si longtemps) "tu as l'air fatiguée" ce à quoi j'ai répondu (juste par contradiction) "non non du tout c'est la pleine forme" :) non mais franchement on le sait qu'on est fatigué pourquoi en plus nous le faire remarquer !
    Grrrr.
    Plein de courage déjà avec un j'étais déjà souvent hs alors 2 je n'ose imaginer après comme tu dis c'est les montagnes russes, une bonne nuit de sommeil et ça repart, finalement le bonheur tient à peu de choses.

    RépondreSupprimer
  5. L'expérience du vacillement et du sommeil qui rend toute neuve: c'est exactement ça ! Le plus difficile je trouve, pendant ces journées d'épuisement où il faut malgré tout tenir, c'est de continuer à respirer... La tentation est grande de serrer les dents et de se mettre en apnée !

    RépondreSupprimer
  6. L'expérience du vacillement et du sommeil qui rend toute neuve: c'est exactement ça ! Le plus difficile je trouve, pendant ces journées d'épuisement où il faut malgré tout tenir, c'est de continuer à respirer... La tentation est grande de serrer les dents et de se mettre en apnée !

    RépondreSupprimer
  7. Un gros bisou en désespérant d'être trop loin pour pouvoir proposer la doublure...

    RépondreSupprimer
  8. Tiens bon, c'est dur mais ça passe, heureusement;)

    RépondreSupprimer
  9. Juste pour t'aider à relativiser (et faire ma vielle bique au passage) : je confirme que ça passe et un jour même, il y a l'adolescence (je tremble). Et là, tu regrettes tellement quand elle ne faisait que t'empêcher de dormir parce qu'elle avait faim, petite mignonne qu'elle était alors... Gros soupir...

    RépondreSupprimer
  10. Allez, un gros câlin virtuel, alors...

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com