Des vacances au goût de bains trop courts, de pyjamas désassortis, de cheveux emmêlés, d'ongles de bébés noirs de chocolat. D'autres tartines de pesto, avec du comté en prime parce qu'on est gâté! Notre campagne avait l'herbe mouillée, et la mairie avait installé un sapin de Noël pratiquement devant chez nous. J'ai pris ça comme un tonitruant à bientôt! Je crois qu'elles se finiront sans qu'une moufle ne soit tombée de mes aiguilles, ces vacances, les heures bébés-endormis sont plutôt passées à décortiquer des devis et à parcourir des forums de bricolage...Ça nous paraît un peu long tout ça, mais je sais qu'un jour pouf ce sera fini, sans laisser aucune cicatrice. Je rêve sans tout à fait grincer un père en chemise à carreaux qui me dirait mais tu es folle tu ne vas pas payer ça ce prix là, viens on le fait je vais t'aider! Oh ça va, je sais que la vie n'est pas un (télé)film, je cherche seulement quelques respirations. 

Un sursaut et on se met à plancher sur le menu de demain soir, quand même! Avec de la sauce au poivre maison, il semble que c'est tout facile. Ma tante outre-manche me raconte sa chicken & ham pie à l'orange, la soirée au champagne à regarder les vagues par la fenêtre. J'aimerais y être, j'aimerais c'est vrai quelques jours sans être le capitaine à bord, que les minutes sur le canapé ne soient pas comptées. Ça aussi tellement, pouf, ça viendra et on aura l'impression que cette liberté nous aura jamais quittée. Les moments pêle-mêle: Pépin qui se fait raconter une histoire par une petite fille sur les toilettes, ma grand-mère qui me gronde de d'allaiter "encore" Odilon quand je suis si contente d'être passée au dessus des couacs de démarrage, Pépin qui goûte aussi au plaisir de caresser le duvet de soie d'Odilon. 

Ce temps entre deux agendas, un pied dans l'autre vie déjà. 2016, jaune-blanc-bleu-bordeaux, dit celle qui voit les chiffres en couleur. Du plâtre et des clous, des graines et de la rosée. De nouveaux patients, et un bureau au parquet qui grince. J'espère que mon coeur tiendra le choc de ces bonnes nouvelles. Je sais que ce sera une année sans perte, oh ça j'espère bien que la vie me le promet. J'espère tricoter de toutes petites mailles, et plusieurs fois par jour embrasser des joues rebondies. Ne jamais râler que nos coeurs battent si fort, être essoufflée c'est respirer. 

(Nous par Camille, ma paire d'yeux préférées pour nous regarder!)

4 commentaires:

  1. Belli! Que dis-je, bellissimi!!! Moi aussi, de temps en temps, j'aime bien me placer sous la protection directe et bienveillante de Nina Companeez, ça fait du bien!!! Bon bout d'an!

    RépondreSupprimer
  2. Oh merci pour le clin d'oeil ! Et pesto comté miam !

    RépondreSupprimer
  3. Vive les yeux de Camille !

    RépondreSupprimer
  4. Bonne année, mon amie d'outre écran !
    Merci pour la belle photo et contente de lire qu'un ordre réinventé semble surgir du chaos !
    A vous lire encore...

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com