50/52



Nez mouillés et petits noeuds dans les cheveux. c'est notre uniforme à tous pour ces 2 premiers jours de vacances. De la pomme matin midi et soir, avec de la crème pâtissière. J'en ai fait tant que j'aimerais un chouette voisin avec qui la partager. 

Odilon passe toujours une partie de la nuit allongé sur moi, son crâne duveteux dans mon cou, ses poings serrés sur ma poitrine. Il est tellement là et tellement collé que je ne le sens plus, je me suis déjà réveillée en sursaut en le cherchant à côté de moi. Alors qu'on était seulement plus qu'un à nouveau. Je crois que cette fin d'année aura ce goût là, du chaud, du doux, du fusionnel forcément.

Je tâtonne drôlement dans ce qui serait la traduction pratique de faire au mieux. Je me sens tiraillée entre ce que j'imagine être ce qu'il faut faire, les livres, les principes, et cette satanée réalité pratique. Mes 2 mains si pleines, mon homéopathie à gogo sans effet pour la 1ère fois, ses siestes si paisibles quand je rajoute un DAL de lait artificiel à nos tétées. On dirait que j'ai peur de décevoir mes bébés. Et les autres aussi peut-être bien. Est-ce qu'une vie de gâteaux faits avec amour compenseront ces allaitements bancals? Je rêve que je dis mais tu ne vois pas comme je suis lésée, et je crois que quelque chose de très ancien se revit dans ces épisodes chaotiques de nourrissage. Sur le pas de la porte la nounou rend tout ça plus léger, quel cadeau!

7 commentaires:

  1. Ben oui, on en revient toujours à notre propre histoire qui nous colle bien fort, indécrottable....pffff.....coupable, forcément coupable....(hello Marguerite....)
    Bon courage ma belle, Tes enfants sont si beaux....eux aussi , des cadeaux...et Odilon n'a pas du tout l'air de souffrir de ces tétées dites imparfaites!
    Pour les parisiennes, superbes expos à L'Orangerie....

    RépondreSupprimer
  2. C'est fou ce doute qui nous envahit quand on met au monde et puis ensuite, tout le temps. Alors si cela peut te rassurer, de ma petite lucarne, je vois surtout deux petits gars qui ont bien de la chance d'avoir une maman si douce, dans cette maison qui doit sentir si bon les pâtisseries et les soupes faites maison.
    PS : Il y a sur ma table un petit colis qui vous est destiné et attend patiemment que je passe à la poste... Ca arrive :)
    PPS : Si tu as la possibilité de retirer mon nom juste au dessus... Erreur de manip et je n'aime pas trop qu'on puisse me retrouver comme ça.

    RépondreSupprimer
  3. Nourrir, chacune fait comme elle peut, et chaque bébé reçoit comme il peut...
    Alors bon courage et bonnes fêtes de fin d'année entourée de si beaux enfants !

    RépondreSupprimer
  4. Ils sont trop choux, tes petits hommes... ah l'allaitement, si émotionnant... ah je suis sûre que l'amour est partout chez toi, et pas seulement par là... tes doux bébés nous le font voir !

    RépondreSupprimer
  5. Nous les mamans, on fait ce que l'on peut... Moi je m'en veux un peu de ne plus avoir autant de force ni d'entrain en ce moment. Ce n'est pas grave, ça reviendra....
    Prends soin de toi et préserve tes forces.

    RépondreSupprimer
  6. Oh oui ! Une "vie" de gâteaux faits avec amour compense les allaitements bancals, parole d'une maman qui n'a pas pu allaiter ses deux garçons comme elle l'aurait voulu ...
    Plein de tendresse et douce fin d'année.
    sophinet

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui, le DAl, ça nous a aidés, mon 3ème et moi...
    Et pensez-vous à vous faire aider par les dames de la Leche League ? Il y a sans doute une antenne près de chez vous ? Ca aussi, ça nous a été d'un grand secours...
    N'hésitez pas si je peux vous donner un petit conseil, même si le doute, je connais bien aussi, et que, d'un enfant à l'autre, c'est tout différent.
    Bises d'hiver.

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com