48/52



Mes bébés tout terrain. Odilon se déplie et se détend, et répète pour son premier sourire. Il dort volontiers 5 heures d'affilée depuis quelques nuits, et ce sont ces nuits là dont je me réveille le moins bien, si c'est pas bancal, ça... Pépin grimpe, grimpe, grimpe, que ce soit sur le chien ou les chaises. Il descend et monte les escaliers tout seul quand on sort ou rentre, et ne s'arrête jamais volontiers... Très triste que nous n'habitions pas au 7ème sans ascenseur! (c'est bien le seul!). On me demande s'il ne marche toujours pas, et nous en catimini on se dit que ça nous manquera ce quatre patte si adorable (et efficace!). 

Nos sorties sous la pluie, moi mal emmitouflée, parce qu'une fois que tout le monde est prêt je n'ai plus guère le courage de lever les bras une fois encore pour attraper une écharpe ou un bonnet. Cette période tourniquante de ma vie où je peux déjeuner d'une tartine de pesto debout, en allaitant, sur un reste de pain dont j'essaie de faire comme s'il n'était pas rassi. Ces temps de vie comme les photos de ma plus belle exposition. Je suis surprise quand il m'embrasse ou laisse sa main sur taille une seconde de plus. J'oublie de manger, j'oublie de le regarder, mais je me laisse aller, je fonds dans cette parenthèse maternelle. 

Pendant quelques instants de lucidité j'envoie chez l'imprimeur des cartes de visite pour mon grand saut, je ne fais pas que des bisous mais je change aussi des couches, et je paie même le loyer. Je compulse des patrons de moufles et de mitaines, sans même me dire que ce serait plus raisonnable d'en acheter une paire. Je suis folle de cette maternité, mais je pense encore à parsemer cette fin de curry au potiron de graines de lin. C'est le beurre, l'argent du beurre et tout le reste cette vie là. 

18 commentaires:

  1. Douces douces pensées à toutes les mères louves...
    Comment être mère autrement ? Je ne sais toujours pas...

    RépondreSupprimer
  2. qu'ils sont chauds ces mots là, ils m'enveloppent et envelopperont peut-être (je leur souhaite) ces mères (et nous sommes nombreuses quand même) qui se dépatouillent moins bien de leur maternité, de leurs bras trop occupés, de leurs journées bancales, de leurs nuits sans sommeil, de leur cerveau plein du bébé...ce récit simple et plein de bonheur d'une maman comblée, aidera, je l'espère celles plus encombrées comme il me fait du bien à moi dont les enfants sont déjà à l'école :-)

    lolabelle

    lolabelle

    RépondreSupprimer
  3. Ben oui, que c'est beau! Je suis d'accord avec Lolabelle, je souhaite que vos mots réchauffent les mères qui se sentent moins à l'aise avec leurs tout-petits, celles qui confusément sentent bien que la fusion est leur chemin sans pourvoir s'y lancer (je ne porte ausun jugement). Faites attention à vous Clémence quand même, mangez bien, des soupes, des céréales (épeautre, chataignes), des fruits... Deux grossesses et deux allaitements rapprochés, un déménagement, des travaux à venir, il faut tout faire dès maintenant pour ne pas vous déminéraliser, hop hop, des amandes, des noisettes, des sels calcaires!!!! Et Pépin qui grimpe partout!!!! Il est bien trop occupé pour seulement marcher! D'ailleurs il a bien le temps, il marchera toute sa vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ce commentaire si bienveillant! J'ai beaucoup de chance qu'on porte cette attention à mes mots. Oui je me dis aussi qu'il ne faut pas trop "charger la mule"... pfiou!

      Supprimer
  4. Qu'il est doux le récit de ta maternité...❤️

    RépondreSupprimer
  5. Toutes ces âmes jolies qui vous lisent et je suis d'accord avec chacun de ces commentaires. Vos mots sont d'une telle douceur, qu'on a envie en retour, de vous choyer et veiller à ce que vous ne manquiez de rien, douce Clémence.
    Et puis cette phrase magnifique "ces temps de vie comme les photos de ma plus belle exposition".. Waouh..! Vous avez un tel talent pour l'écriture...

    Caroline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des yeux indulgents comme les vôtres c'est tout ce qu'il me faut! merci, grand grand merci, pour cette plaisante caresse dans le dos!

      Supprimer
  6. Que c'est beau, vos paroles me font du bien ... je n'ai plus l'âge de la maternité mais je me souviens. Profitez, profitez et ne changez pas. Très belle journée.

    RépondreSupprimer
  7. J'aimerais bien l'avoir votre secret pour enchanter la fatigue ! Chez moi elle a plutôt tendance à alourdir le coeur la fatigue des nuits qui piquent les yeux à bercer mon bébé et des journées floues qui les suivent... Et la plénitude de cette vie maternelle se teinte d'une pointe de détresse quand je n'arrive pas à me poser pour manger un tout petit peu tranquillement et que j'ai l'impression que le repos m'est interdit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh moi aussi je peste, et parfois sortir le chien ça me semble le bout du monde (le pauvre!)... et quand vraiment les cernes nous cachent la vue, vite un bain en compagnie d'un chocolat chaud (ou d'un verre de vin si c'est une meilleure prescription!). Courage Irène, le tourbillon s'apaise vite!

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. C'est magnifique, ce texte et ces photos : je m'y retrouve tellement ! La vie toute drôle et bancale dans cette grande plongée de la maternité, la fatigue qui guette mais le régal quotidien... Merci pour ce partage ! Et peut-être un jour une rencontre "pour de vrai" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah régal quotidien c'est tellement ça! et ce que je lis chez vous aussi! On sera -j'espère- par chez vous cet été, ça en ferait une tribu de joyeux garçons! Ça me plairait beaucoup!

      Supprimer
  10. Plein de douceur une fois encore. C'est ce fourmillement qui m'inquiète un peu. Aurai-je autant de courage, d'énergie et de bonne humeur que toi ? Te lire me donne de l'espoir. Deux bébés, c'est fatigant, mais plein de joie !
    Des bises et prends soin de toi surtout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur qu'avec une petite souris qui viendrait en catimini faire la lessive et sortir le chien, ce serait moins fourmillant tout ça... Mais je trouve que c'est une vraiment belle occasion de travailler à vivre toujours plus dans l'instant présent. Dès que je commence à "paniquer" je me recentre sur l'ici et maintenant et c'est à chaque fois une belle bouffée d'air. Un réflexe qui permet de prendre chaque moment à vivre comme une part de tarte : )

      Supprimer
    2. Je serais volontiers cette petite souris qui viendrait discrètement faire la lessive et sortir le chien , pour aider une merveilleuse jeune maman . Mais je vis très loin de vous .

      Supprimer
  11. Que vos mots sont doux et beaux ! C'est toujours un bonheur de vous lire .
    Comme Lorenza , j'ai envie de vous dire de penser à bien manger . Une tartine de pesto en guise de déjeuner , c'est peut-être un peu léger pour une jeune maman qui allaite son bébé . Pardon si je vous parle comme une mamie .
    Je vous souhaite un bon week-end de Saint - Nicolas .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup Sylvie! si vous étiez une petite souris je vous donnerai du morbier pour vous remercier! Et je crois que vous avez raison!!

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com