20/52



Ah bon, déjà, 20? Ça y est le temps s'écoule dans un drôle de sablier piégé, je suis une maman. Lui est un bébé, à qui on découvre une dent à chaque sourire ou presque, et dont les improvisations de quatre pattes nous séduisent hautement. On nous raconte l'adorabilité de ce bébé, et je suis heureuse qu'il ait autant l'air d'être heureux d'être arrivé sur terre. Il ne semble pas regretter sa vie d'avant, ni celle de petit poisson.

Je finis plein de thés, je fais des tas à donner/à vendre/à cogiter, mais je n'ose pas encore faire deux piles sur lesquelles j'écrirai ville/campagne. Encore un peu, et avant tout cela la lecture qui s'annonce épique de quelques devis. Je lui fais des crêpes, pour que tu n'oublies pas de manger. Je manque un peu d'énergie pour faire de jolies séances dans l'un des deux travail, et me sens un peu trop effritée des nuits que je hache moi-même alors que tout le monde dort. Je sens une toute petite et honteuse couche d'agacement poindre face aux cris, aux stéréotypies et aux morsures, ça va mieux en le disant, mais mon soulagement quand la séance se finit me fait pincer les lèvres. On me prescrit une pause, le temps de quelques respirations, et quand j'appelle pour prévenir on me demande si je compte revenir avant mon congé maternité. Dois-je y entendre un reproche? 

J'ai besoin de ses avant-bras. Mais tout le monde a des avant-bras! C'est si calme, j'aurais envie qu'il pleuve, qu'un peu de buée tamise l'atmosphère et qu'une tarte aux pommes entamée traîne dans le salon. On a fustigé les chefs et les propriétaires, dit vivement la fuite! sans se sentir pleutres pour autant. J'ai encore le goût de la coriandre dans la bouche, et le thé à la fraise est drôlement décevant. Demain je n'ai pas besoin de savoir quel jour on est et un peu de temps dans l'eau est prévu. Légèreté grappillée! 

9 commentaires:

  1. Surtout ne pas culpabiliser d'attendre un enfant ! C'est la vie et heureusement que ces bébés sont là. Les aigries, il faut les plaindre. Profitez et reposez vous, c'est important ! Carole

    RépondreSupprimer
  2. J'ai envie de dire **** les aigris… Le temps d'une respiration ça fait tellement de bien. Les yeux de ce Pépin-là et ce qui se trame à l'intérieur, c'est bien ça qui compte.
    J'aime ton petit paragraphe au goût de haïku du quotidien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas tant si c'est aigri qu'indifférent ou culpabilisant... Mais bon, c'est deja un peu plus loin et cette nuit fut deja meilleure!

      Supprimer
  3. Oh là là, du calme les amis, laissez-la se reposer la jolie qui fait ses bébés... Elle reviendra bien assez vite pour se faire mordre au boulot! Vive les bébés adorés/chouchoutés, vive les Pépins et les p'tits frérots!

    RépondreSupprimer
  4. Y a du "Lawrence anyway" dans l'air !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu! Et oh que oui, je suis tombée raide dingue de ce film, la bo passe en boucle et j'aimerais me souvenir de la moitié des répliques... Il est si parfait ce film!

      Supprimer
    2. Pourquoi? je n'ai pas vu ce film ....les filles , soyez sympas , expliquez...bon, je vais déjà écouter la BO :)))

      Supprimer
  5. Doux "repos" à toi... je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  6. OUh la la, ça fait bien longtemps que je ne suis pas venue par ici....la course, les poches sous les yeux, tout ce que tu connais bien.
    Ton chez toi, ça fleure toujours bon le douillet, un bon gâteau qui attend une fine bouche....et une douceur de vivre...alors les rois de la coulpe hein...un aller simple pour la lune (trop jolie la lune encore)
    Bisous

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com