19/52




C'est Cloc qui a photographié le portrait de cette semaine, et autres moments d'un dimanche gourmand et douillet, au détours d'une parfaite visite presque surprise! 

En plus vous êtes une hyper sensible. La sage-femme m'avait fait la bise pour me dire bonjour, je lui racontais ma peau qui crie et autres histoires de corps, en ne disant que ce qui permettrait de ne pas me mettre à pleurer. Pas tout de suite, pas déjà, pas encore. Attention, me disait-elle, quand le corps veut se faire entendre, il peut toujours crier plus fort! C'est vrai que je me sens un peu dépossédée, je me prête pour le moment. Et les massages? Ou du shiatsu? De l'aide sans mots pour commencer, oui peut-être. Le soir même il se peut qu'il ait payé cette vague que cette conversation avait fait naître, et qu'elle l'a éclaboussé. N'empêche que tout ce que je lui ai dit était vrai, même si c'était dit trop fort. Mes granules, une bouillotte et le dernier numéro de Grandir autrement, un bébé endormi en chantant, 19h30 j'étais au lit.

L'agent des maisons au vert, qui sait toujours où mettre les radiateurs manquants, la fenêtre qui changera tout ou même la fosse sceptique (quel talent!) nous a proposé d'autres maisons. Seulement les annonces, vous verrez bien! Il y en avait une, des volets bleus et une terrasse au grenier... On l'a visitée, un peu en catimini, j'avais l'impression de prendre un verre avec un autre homme, après notre si grand coup de coeur... Dans le jardin il y avait plein de fraises et de pieds de rhubarbe qui s'étaient essaimés un peu partout, et une pièce qui deviendrait facilement mon cabinet, si jamais ça ne nous faisait plus rire du tout de rentrer à la ville. On s'est rendu compte plus tard qu'un midi, pique nique sur les genoux, j'avais déjà envoyé l'annonce à François en lui disant regarde c'est drôlement tentant! mais que le village annoncé (qui n'était pas le bon, les filous...) nous avait un peu refroidi. Alors on fait des scénarios, on interprète des petits signes...

Dans la cuisine, c'était le chantier et c'était bien de n'être même pas gênée. Les courgettes à l'ail se sont transformées en crumble à son initiative, et le chou-fleur rôti a troqué son paprika contre une bonne dose de cumin. On discute d'être au bord de quelque chose de très nouveau mais si désiré, les mains maillant à qui mieux-mieux. Le bébé a roucoulé, redécouvert ses pieds de nombreuses fois et presque-mais-finalement-non fait la sieste. Maintenant c'est une toute petite semaine, et le week-end prochain sonne aussi comme un câlin, je suis vernie! Ce soir je vais à la piscine, retrouver mes sensations intra-utérines (dixit la plaquette de l'atelier), j'ai acheté un bonnet violet pour l'occasion...Domino de bonnes choses, comme une salade aux tomates, aux pommes, aux oignons rouges et à la grenade. 

6 commentaires:

  1. Belles photos ! et très très beau bébé aux yeux lumineux ;-)
    Les périodes pas faciles/intenses où le corps crie quand les mots restent coincés... prends soin de toi Clémence, l'eau c'est déjà super comme massage !

    RépondreSupprimer
  2. La belle vie se résumerait-elle parfois à un bébé reposant sur une pelote? ;) Merci encore pour l'accueil!

    RépondreSupprimer
  3. le corps qui crie... parfois avec tellement d'évidence qu'on ne pense même plus à l'écouter !

    RépondreSupprimer
  4. Oh vos recherches d'un lieu où vous poser... comme tu racontes bien !

    RépondreSupprimer
  5. Chercher son petit nid, c'est génial ! Votre bébé est très beau. Prenez bien soin de vous ! Carole

    RépondreSupprimer
  6. Le corps qui chante et la maison qui appelle, que de moments merveilleux, remplis d'excitation et de petite frousse mêlées, ça ressemble carrément au bonheur !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com