18/52


Trois jours, comme beaucoup. Mercredi je suis tombée, boum, dans les escaliers en allant d'un travail à un autre, pressée que j'étais de retrouver notre tête à tête avec M., pour qui manger n'est pas vraiment une partie de plaisir... Les chutes de Mme Culbuto, le retour! Je sens bien que je rêvasse aussi un peu trop pour que le thé arrive bien dans la tasse, le linge bien dans la machine et pas à côté, l'eau de ma bouillotte dans celle-ci (aïe bis!). Ça reviendra, et vive l'arnica en attendant. Je passe à l'infirmerie me faire un peu chouchouter, comme les enfants. Petites pauses glanées. C'est un peu comme si je n'avais plus qu'une main de libre, comme je donne toujours l'autre à ce bébé dedans. 

Je rêve de serpents, et heureusement qu'il y a l'amie-grand-A pour en parler, car les autres se moquent (gentiment?) ah bah c'est ça la campagne... Il y a quand même bestioles et bestioles, je suis moins ouverte à celles qui mesurent 1,50 mètres. Et je sens bien que ce choix de vie, ce saut de l'autre côté du trottoir, émancipée que je serai alors, il demande un peu d'élan... Alors l'angoisse a trouvé son terrain de jeux idéal, une grande bébête, psychanalytiquement chargée à souhait. Mettre un bout de moi là bas, c'est rejoindre l'enfance de ma mère, refuser le despotisme de mon père, c'est très vivant et chargé d'espoir. Je me sens prête à consoler tous les enfants qui pleurent, en moi et dans mes souvenirs, enfin. 

Dans l'autre famille. On me prend Pépin des bras en disant aller, laisse ta mère se reposer quand on était en train de jouer et de se câliner. Je lui dirai, plus tard, à lui, qu'il n'est pas fatigant du tout, que chaque moment passé avec lui c'est quelques couches de joie en plus. Je m'en veux un peu de renoncer à la discussion, mais là je suis restée un peu coite... François m'utilise un peu pour couper le cordon je crois, revendiquer et inventer une autre histoire. Clémence ne veut pas qu'on lui fasse croire au père Noël! dit de ce qu'il me semble être un air de défi. Yeux au ciel, pas de réponse, les langues semblent ne pas s'entendre. J'ai l'impression autant d'intimider que d'agacer, ça doit souvent être ça sans que je m'en rende compte.  

C'est un dimanche marmelade de citron, sur le pain au si fort goût de levain. Les garçons se sont rendormis, j'ai bordé tout le monde un grand sourires aux lèvres. Je t'aime, je suis tout à côté et je t'entendrai. Je t'aime tout court pour le grand. Le thé devrait être à la myrtille et à la noix de coco, mais je n'y retrouve pas ces goûts là, dommage. Une émission sur les bouquinistes dans les oreilles, quand je suis moi-même en train de trier un peu ces trop nombreuses générations, le poids des générations. Que faire des ces trois oeuvres complètes de Shakespeare? Je déteste les livres reliques, ceux qu'on n'ouvre pas au moins une fois par an, même si c'est pour aller y chercher une odeur. Ceux dont je trouve qu'ils ne sentent pas encore le vieux sont précieux, bien vivants. Choisir, encore! 

14 commentaires:

  1. Il a un joli gilet ce pépin! sinon, comment on dit à une rêveuse de faire attention à elle? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un pull-restes-de-laine! Il est douillet! Et peut-être que ça marchera en lui donnant 1h de sommeil en plus toutes les nuits, pour un début : ))

      Supprimer
  2. J'ai rigolé, acquiescé en silence, grincé des dents et compatis, et enfin surtout, enfin, fondu d'amour pour vous...

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. C'est classique non? La nouvelle famille qui ne comprend pas, parce que tu es "autre"...
    Fais attention à toi!!! Et c'est vrai qu'il est joli le gilet...

    RépondreSupprimer
  5. Oui je dirais comme Agathe, c'est classique, surtout concernant l'éducation des enfants...et puis ils s'habituent (ou pas mais se taisent) fort heureusement...!

    RépondreSupprimer
  6. C'est drôle, j'ai eu envie de mordre en te lisant. M'est revenu le souvenir de cette tante me le prenant des bras alors qu'il pleurait, terrorisé par la foule. C'est mon côté maman louve sûrement...
    100% d'accord avec toi en ce qui concerne Santa Claus : franchement, ça rime à quoi ce cirque ?
    Prends bien soin de toi (de vous !).

    RépondreSupprimer
  7. Ce beau bébé déjà si grand!
    Prends soin de toi, Clémence!
    Bientôt une escapade ici?
    Bises bises

    RépondreSupprimer
  8. Moi non plus je ne suis jamais rentrée dans le cirque du père Noël; j'ai préféré le silence, l'accent mis sur les traditions. Et ça a bien fonctionné (tout le monde y a eu son compte) Oui c'est classique les agacements dans la belle-famille autour des enfants. ..
    J'aime bien ta réflexion sur ton "retour à la terre"; oui il y a de quoi creuser !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  9. Arghhh ça me rappelle ma première belle-mère devant garder 10 minutes ma toute première fille âgée de 2 semaines. Quand je suis arrivée elle m'a dit "Oh j'ai failli la mettre à mon sein parce qu'elle s'était réveillée et pleurait un peu". Je l'aurai mordue. De tendres bisous.... (et ne pas faire croire au père noël, quelle idée généreuse et loyale...)

    RépondreSupprimer
  10. Oh là là, à la faveur d'un commentaire bloguesque j'ai l'impression que j'ai retrouvé la si charmante Lobster, désormais maman d'un mini-chamboulant??? Joie intense de me dire que je vais tranquillement pouvoir remonter ce fil et savourer tous ces jolis billets! Il est plussss que beau votre pépin d'amour! Take care!

    RépondreSupprimer
  11. Pour la chute, je compatis...on m'appelle "Mademoiselle catastrophe" alors...
    Pardon de n'avoir pas été présente....les microbes se sont invités et ma petite est coquine mais fragile...
    Bisous à Pépin

    RépondreSupprimer
  12. j'avais pas réalisé que ça pouvait être si violent de prendre un b b des bras ; on sent les jeunes mamans si fatiguées parfois que l'on croit bien faire .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que c'était l'intention, et je n'aime surtout pas qu'on puisse sous-entendre à mon bébé qu'il me fatigue, d'autant que ça n'est pas du tout le cas... C'est surtout une facon très maladroite de me prendre mon bébé des mains sans nous demander notre avis!

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com