17/52




Lundi de rentrée, j'ai été prise de court par cette boule dans la gorge, par ces pieds qui s'emmêlaient. Je n'avais pas du tout envie que quelqu'un d'autre que nous s'occupe de notre bébé, qu'il sente à nouveau une autre odeur que celle de notre maison, qu'il fasse ses siestes ailleurs que sur sa peau de mouton à lui. Un petit bis de retour de congé maternité. On a fait durer le chemin de l'aller, un peu, à regarder le noisetier qui signe le début de la longue côte, il nous racontait bien le printemps avec ses feuilles pointues bien vertes. Lapalissade, mais c'était si bien ces vacances, bien serrés. J'ai l'impression qu'elles ont duré six mois. 

Bien sûr, du coup, les séances étaient un peu bancales. Les ados pris par l'idée de l'après-midi qu'ils passeraient à la foire, et le grand avec qui je mange les lundis midis un peu... déchaîné. J'avais en tête que l'équipe me trouve trop gentille avec lui, et avait vaguement sous-entendu que je le faisais régresser en terme d'autonome (il en profite!), ce qui m'avait pas mal chamboulée. Ce midi ce fut l'apothéose et après un repas pas très partagé plus une séance houleuse j'ai fini en larmes en le ramenant à l'équipe qui me trouvait donc déjà sûrement un peu nunuche. De quoi leur donner à discuter pour les semaines à venir... Ça me donnerait presque envie de m'attacher une pancarte autour du cou: c'est rien c'est les hormones. 

En mangeant ma très méritée part de victoria sponge cake une fois rentrée il m'a fallu l'interroger. Alors, attribut du cod ou complément du nom? L'ambiance studieuse qui règne à la maison depuis quelques temps me remet dans ces temps cotonneux du concours, cette marche automatique coûte que coûte, heure après heure, ça avait quelque chose de rassurant. En le voyant assis au bureau quelle que soit l'heure, je suis un peu gênée de me repaître dans l'oisiveté. Mon tricot, mes épisodes de Call the midwife boulottés, les jeux avec le bébé... Je sais, et lui aussi je pense, qu'il nous rejoindra bientôt. 

Dans ma tête il y a déjà des piles de cartons, ceux pour la maison et ceux pour la maisonnette. Et ta laine, elle ira où alors? On a dit que c'était la maison des plaisirs, c'est évident non? C'est mercredi la rencontre, et c'est déjà présent dans mes rêves. En attendant, le temps passe à coup de morceaux de camembert et de granules d'homéopathie. Rang après rang. 

5 commentaires:

  1. ton idée de pancarte m'a fait drôlement sourire ! Pourquoi les humains sont-ils si mal informés des effets des hormones pendant la grossesse ? (ou alors certains en profitent ?) ... des envies de carton moi aussi mais ça va prendre des mois (voir quelques années) pour se mettre en forme...

    RépondreSupprimer
  2. Bonne rencontre, mercredi ! moi aussi, je vais rencontrer une maison mercredi... en union de rencontre avec toi alors ! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Bon courage pour ta reprise ma Clémence, j'ai hâte de voir rencontrer vos rêves...

    RépondreSupprimer
  4. Il faudra nous raconter tout ça...

    RépondreSupprimer
  5. J'espère que votre rencontre se transformera en coup de foudre!!!!

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com