12/52


Pépin un peu flou, qui a eu l'air mélancolique pour la première fois tout à l'heure. 

Alors un soir je lui propose d'aller lui chercher le bébé, grappiller deux heures de sieste-de lecture-de promenade de chien-de ce que je veux, sur les conseils d'une collègue. J'aurais bien aimé que ce soit lui qui y pense, mais ce qui semble si naturel ne lui paraît peut-être pas coûteux. J'aimerais que les rêves de cette nuit me lâchent un peu, espèce de roman noir qui semble encore vivant loin après le réveil. Vous aussi, vous voyez les jeunes pousses et le ciel plus clair. D'un coup je gagne comme un poumon, et je croque des pommes sans arrêt. Quelques jours les pieds dans l'eau sont réservés pour cet été, ça me semble être dans une autre vie. 

Un anniversaire le vendredi, c'est ce que je préfère. On a oublié l'éclipse le matin, tout occupée que j'étais à consoler une enfant en pleurs. Ses sanglots m'ont donné les larmes aux yeux, et je n'étais pas sûre d'avoir envie de faire preuve d'autant d'empathie devant la stagiaire qui me suivait pour la journée. J'avais cogité toute la nuit à l'idée de montrer les coulisses de mon hoquetant travail -comme si je n'avais pas mieux à faire la nuit comme me remettre de mon accouchement par exemple uhhh- et les quelques mots de la stagiaire en partant m'ont mis sur un petit nuage. Se faire confiance, hein? 

Samedi, on regarde le monsieur de la grande maison d'en face passer l'aspirateur dans ses gouttières en petit-déjeuner -confiture de framboises/purée d'amandes. On rit, un peu gênés quand même de se dire que ça fait un moment qu'on se dit ohlala il faudrait passer l'aspi, voisin zélé qui te fait sentir cracra dès le samedi matin. Une liste de chose à faire, mais toute petite. A midi il est temps de faire une sieste, accompagnée d'une bouillotte. Quand je me réveille le bébé dort lui aussi, ses petits poings en l'air et ses pieds croisés, plus chic tu meurs. On refait un bis? Repas d'anniversaire, deuxième. J'avais suggéré/commandé des spaghettis bolognaises et des profiteroles, tout avait le goût que j'avais imaginé. Quand les rêves rejoignent la réalité, c'est que c'est une affaire pas mal tout ça. 

4 commentaires:

  1. Je te souhaite une délicieuse nouvelle année et ai bien ri de ton voisin qui nettoie ses gouttières à l'aspirateur! Chez moi ça traine aussi... et ce n'est pas grave, c'est parce qu'on est trop occupés à être heureux! Je vous en souhaite tout autant!

    RépondreSupprimer
  2. Chouette que tu accueilles une stagiaire !

    RépondreSupprimer
  3. Tujours en train de m'interroger, mystèe , mystère, sur ton métier....
    Pour l'aspirateur...rappelle-moi où tu vis ? (pas étonnant...souci de la propreté, dans le moindre caniveau, j'ai connu, grandi avec ;-) ) ça change, maintenant que ma vie est au sud.
    Bises à ton petit mélancolique, une âme de futur artiste...que veux-tu. Déroutant tout de même.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais répondu je crois, dans un autre article, je suis orthophoniste!
      Dans l'est, mais je ne sais pas si on y est plus maniaque qu'ailleurs : )

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com