Ses couvertures enroulées autour de lui comme un petit inuit et ses mains gracieuses de bébé. Un tête à tête qu'on prend comme cadeau, le chien qui m'énerve injustement parce qu'il fait trop de bruit, et le thé à la noix de coco, encore, encore, encore. On se berce au son d'Xtc, don't you know we're all light, yeah i read that some place, et la tête lourde, si lourde qui roule bientôt au rythme de mes pas. Se souvenir, se souvenir, toujours de ça. Parfois je suis un peu serrée de savoir que ça me manquera forcément un jour. Anticiper la mélancolie alors qu'on a de l'or dans les mains, c'est un peu bête non? Mais je les vois ces femmes, dans la rue ou dans le bus, elles me le disent. Je sais aussi que cette joie infusera longtemps, et peut-être qu'avec un peu de chance elle durera toute la vie.

Je suis suis si heureuse de retrouver les mots hésitants et les phrases bancales dont j'ai la chance d'être la témoin, la journée. Ma tasse du boulot, les Clémence je peux t'appeler madame? que j'écris sur un coin de feuille entre guillemets en me demandant toujours si ça n'est pas déjà un peu trahir. Ecris, écris tout qu'il m'a répété sempiternellement. L'homme dont on n'a retrouvé aucunes notes. A nouveau on tâtonne, on cherche quoi et comment dire, on essaie de tomber d'accord sur le fait que les mots sont à la fois si graves et si légers. On a le droit de les dessiner, de les gribouiller, de les décorer, et même de les offrir, pour parfois les reprendre. Ça semble bien se passer, mais la joie n'est décidément pas si facile à vivre, alors sur le chemin du retour il faut tout effacer, frapper et insulter… Moins souvent l'inverse, mais toutes les portes sont ouvertes. Accueillir, prendre la forme d'un matelas moelleux.

Un samedi matin aux chaussures en laine feutrée, de nouvelles chaussettes fleuries dedans. Oui parce que c'est comme ça, on est verni et réveillé le samedi par une pochette surprise pleine de thé, de café et de jolis papiers. Je me rappelle qu'Arcade fire existe et c'est encore mieux. Un tout premier flocon sur les cils de notre bébé, au son de ses roucoulements. Où est cette recette de gâteau au yaourt déjà? Blanc et douillet week-end on the way!    

9 commentaires:

  1. Ben ça alors...
    J'ai loupé plein de choses; je tombe sur cette photo et lis ALSMT. Tu vis à Nancy et j'avais même pas capté !! ?? Ma belle-mère a travaillé 40 ans là-bas !
    Ca change pas mal de choses du coup ! Ah mais c'était toi Mlle Lobster ou pas du tout ?? (si je te parle chinois, oublie...)

    RépondreSupprimer
  2. Les pièces du puzzle! Visite de reprise post-maternité, d'où ce papier-indice! Oui on vit à Nancy, et oui feu Mlle lobster c'était moi!
    Bon week-end sous cette neige décevante!

    RépondreSupprimer
  3. C'est doux, doux doux. Bon weekend à toi !

    RépondreSupprimer
  4. Tu es de Nancy? nous sommes presque voisines alors

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? je n'avais jamais compris entre les lignes, sur ton blog! Chouette!! Il faut café-tricoter un de ces jours alors!

      Supprimer
    2. Enfin par presque voisine il y a quand même une heure trente de route (Chaumont en Haute Marne)... Mes trois "mecs" et moi avons visité Nancy l'été dernier (9 ans que nous étions à proximité et première fois ou nous y mettions les pieds)

      Supprimer
    3. ah oui je connais bien Chaumont! Je viens de Reims et ma mère de Haute Marne alors… j'aime bien cette petite ville!

      Supprimer
  5. Eheh ! Il fut un temps où je te suivais de loin...et puis ça s'étiole dans ma mémoire, je crois que tu étais encore à la fac si ma mémoire est bonne...c'est drôle.
    Peut-être que je te croiserai un jour...(je retiens le bonnet moutarde du petit)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien possible! Mais oui, volontiers!!

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com