J'entends à la radio, au vol, on n'est pas des robots quand même. "Quand même", il faut le préciser. Non, non, c'est vrai, on a des coeurs et même qu'ils battent. Le mien m'envoyait des messages en morse depuis quelques nuits. Je n'étais pas sûre de bien entendre puis au prix de cernes un peu plus marqués ça a fait sens. Pour être sûre que ça pouvait être vrai je lui ai peint le tableau, quelques secondes après que son réveil a sonné, c'était un peu abrupt mais j'étais pressée qu'il se réjouisse avec moi. Oh tu imagines, ça voudrait dire qu'on aurait le temps de faire ça, et ça et ça, et on irait te chercher, et on cuisinerait, et on irait à la piscine... Evidemment il s'est enthousiasmé, même avec la voix embrumée. Tous les feux sont au vert, qu'il a dit. 

Alors après une petite sieste pour rattraper les mots croisés-emberlificotés de la nuit, et au réveil j'ai appelé ma chef. Je n'avais même pas peur, le téléphone dans la main, et j'ai béni cette peau qui m'est tombée dessus lorsque ce bébé m'a regardée pour la première fois, celle qui donne si confiance en la vie. En tant que maman et amie je comprends et je te soutiens, en tant que supérieure c'est vrai que ça m'embête pas mal… mais c'est ton droit! Je lui propose un modus vivendi, elle y réfléchira, en parlera à mes directeurs… Mais quand je raccroche l'horizon s'est tellement éclairci! Alors ça y est c'est dit, je l'ai fait ce choix de la vie, on sera ensemble, beaucoup, et pour longtemps. 

Un peu après il dort dans l'écharpe, sos à mort, tu m'as conquis j't'adore dans les oreilles pour moi. Je commence mon cahier des dépenses-pas-faites. J'hésite encore, sur le fait que ce soit complètement idiot ou que ça ait un peu de sens. Parce qu'on fera plus avec moins, donc. Moitié moins d'argent, moitié plus de temps. C'est un calcul qui sonne comme un contrat avec la joie. Les matins avec les enfants à qui je suis -un peu- utile, que ce soit pour manger, pour dire, pour écrire ou seulement même pour regarder, et les après-midi main dans la main avec mon petit. Rester pas très loin, son témoin, son marche-pied. C'est un beau cadeau qu'on se fait, s'autoriser une vie plus douce. A côté de ça, une hotte moins remplie, ça n'est pas grand chose! 

ps! Un peu de tri par ici

18 commentaires:

  1. "Plus avec moins…"; le même choix s'est imposé à nous aussi et…..c'est devenu "beaucoup plus avec moins…!!!"

    RépondreSupprimer
  2. "Moitié moins d'argent, moitié plus de temps. C'est un calcul qui sonne comme un contrat avec la joie." J'aime ton message, ta joie et ton soulagement sont perceptibles. C'est tellement important de savoir toucher sa propre peau et la comprendre!

    RépondreSupprimer
  3. Si vous le pouvez , why not !!! c'est sûrement le mieux pour le bébé et pour le doux, les câlins, l'amour ...mais les papas aussi peuvent se mettre à temps partiel , non?

    RépondreSupprimer
  4. Youhou! Ca c'est de la décision :) (je ne peux qu'abonder dans ton sens, vus mes projets!) Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'ai fait le choix du temps partiel également ( un 80% pour ma part)il y a mai tenant 7 ans, à la naissance de mon 2ème bébé, et jamais ô grand jamais je ne l'ai regretté. Un peu moins d'argent mais un confort de vie tellement Immense en contre partie... Du temps pour lui, pour eux, pour toi... A tel point que 7 ans plus tard j'y suis toujours et n'envisage nullement de devoir un jour retravailler a temps complet.

    RépondreSupprimer
  6. C'est bien de prendre son temps... J'ai eu un temps partiel pendant 3 ans et j'ai beaucoup apprécié d'avoir des moments pour eux et de pouvoir en prendre pour moi aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Super ! Tu as pris une super bonne décision pour toi et ton bébé ! Je ne commente pas souvent, mais j'ai toujours beaucoup de plaisir à te lire ! Isaline

    RépondreSupprimer
  8. Je t'ai envoyé une demande d'abonnement pour instagram. Je peux t'en dire plus sur moi en mp si tu veux... Isaline

    RépondreSupprimer
  9. J'ai pris cette même décision il y a treize ans et maintenant je commence tout doucement à réfléchir pour reprendre un temps plein mais ce n'est pas facile;)

    RépondreSupprimer
  10. Je découvre ton blog et j'aime lire tes articles . Tu as pris une sage décision je trouve.

    J'organise un concours de Noël à la clé Wonderbox et pleins d'autres lots à gagner : evemarie-artiste.blogspot.fr.

    RépondreSupprimer
  11. je ne l'ai fait que pour pou3 et même si c'est vrai qu'on a moins, mais les besoins sont également moindre. On se rend vite compte de ce qui est essentiel, on élimine tous les superflus. Et puis il y a la présence, l'écoute, les petites choses faits ensemble sans forcément être dans la course. Pour ma part il faudra reprendre bientôt mais c'est sans rancune. J'en ai bien profité et je souhaite que d'autres en profitent à leur tout.

    RépondreSupprimer
  12. Oh oui je me souviens du soulagement et de la joie de ce choix-là !

    RépondreSupprimer
  13. J'hésite depuis longtemps (trop longtemps, sans aucun doute !) . J'hésite encore cette année ... J'aime bien te rendre visite ici, il y a de la joie, de la mélancolie aussi, de la vie et des couleurs.

    RépondreSupprimer
  14. ca a l'air bien sympa chez toi.
    tant mieux pour le boulot, fais pas comme nous (ou moi ) ne sacrifie pas tout pour le travail ; le jour où cela s'arrête, tu te retrouves seule face à toi même .

    RépondreSupprimer
  15. Tu as eu raison.
    moi aussi je suis à 80%, c'est quand même un sacrifice financier quand on a un prêt et deux enfants, mais bon...trop dur de tout mener de front, on n'est pas wonderwoman. Simplement, les 3 ans de Gus passés, je serai obligée de reprendre à temps plein...

    RépondreSupprimer
  16. On a la même cheminée. Et plein d'autres détails en commun encore.
    J'adore, je dis des banalités alors que tes textes sont si profonds, mais tu sais, je ne sais pas toujours quoi dire.

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com