L'âge adulte, en chaussons dans le petit restaurant au bout de la rue, quand quelques minutes plus tôt l'envie de ne pas avoir envie de cuisiner s'est imposée. Pizzas? Mais ce sera jamais comme à Bruxelles, et tu as vu la tête qu'elles ont? Je commande pas ça moi. On en fera demain, il reste de la mozzarella. Alors oui c'est parfait a-t'on répondu au saumon à la crème de basilic ça vous irait? Et de repartir avec le petit baluchon de salade verte, les morceaux de pain et meme quelques fruits, vous en ferez bien un crumble. En fait une compote, encore, parce que le matin avec un peu de fromage blanc et des graines de lin. 

Ces matins toujours inédits, dans cette routine mouvante de la vie avec un bébé. On sort parfois d'un épais brouillard, parfois d'un doux nid de coton, mais on se réveille toujours main dans la main. Cette respiration de plus, j'aime en profiter au creux de la nuit. La sienne, large et tranquille, les petits couinements du bébé, et à côté le chien. Je souris, entendre le concert de ma vie c'est encore mieux que de dormir. 

Je n'aurais pas cru que les leçons de vie viendraient si vite, que ce bébé m'offrirait un cadeau de vérité aussi précocement et intensément. Lui, l'uniforme de mère que j'imaginais naïvement revetir, il n'en a cure. Ce bébé m'a si bien fait comprendre que ce qu'il désirait, c'est qu'on invente le chemin ensemble, à deux, à trois. Ces tétées si compliquées, j'ai pu entendre que c'est peut-être aussi ce que je ne laissais pas couler, comme a pu délicatement dire la conseillère en lactation. Une autre marraine bonne fée qui laisse son parfum sur le canapé, qui peut sans sonner faux me caresser la joue en me suggérant d'accepter de mettre la barre moins haut. Ça, et rester avec mon bébé surtout, ne pas entre nous mettre des caisses d'idéaux et de croyances sur ce qu'il faut ou pas faire pour gagner un lot dont finalement je ne veux même pas. Je suis fière d'avoir semble-t'il déjà décidé de prendre la voie du sur-mesure avec mon bébé, même si c'est celle qui me fait me regarder nue dans la glace.

Premiers tricots réalisés à côté de lui dehors. Il reconnaît peut-être le bercement des aiguilles qui pédalent, quand il fond sur moi alors que les petites mailles sautillent les unes après les autres d'un côté à l'autre. J'aime ce fil crème de champignon, et j'imagine en souriant les futures balades durant lesquelles ce béguin en mohair dépassera joliment, nous caressant le menton quand on ira chercher un bisou comme c'est si agréable de faire quand on joue les kangourous. 

10 commentaires:

  1. Oh oui entoure toi de douceur et pas de modèles culpabilisants ! Je t'embrasse petite Maman !

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui me manquera toujours : un bébé bien au chaud, endormi sur mon ventre...

    RépondreSupprimer
  3. "ne pas entre nous mettre des caisses d'idéaux et de croyances" c'est tellement juste et beau! Se faire confiance, lui faire confiance, tu es une belle maman, ça se sent à travers tes mots! J'ai loupé la confiance avec mon premier bébé mais j'y suis parvenue avec mon second et je rattrape "le temps" depuis avec mon premier ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Exactement!!! se faire confiance et n'écouter que d'une oreille les "bons" conseils ....je suis certaine que Léone Jeanne a bien raison....;
    Comme la petite veste est jolie !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Quelle sagesse :-)
    J aurais aimé l avoir pour mon premier enfant, oser " faire à notre mode".

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, félicitations pour la venue de ton bébé si jamais tu as besoin de conseils en allaitement je n'ai pas la science infuse mais j'ai allaité chacun de mes 3 enfants (et encore le petit dernier de 12 mois) et si jamais je peux t'aider ce serait avec plaisir...
    Se faire confiance est le maitre mot...profites bien de cette douceur des premiers mois quand le petit mammifère se love contre sa maman ses petits bruits qui sont la vie cette douceur chamallow dans laquelle les jours s'écoulent même si parfois ce n'est pas toujours rose ...Savoir s'écouter, savoir demander de l'aide en cas de besoin et juste faire confiance en son amour c'est bien aussi.

    RépondreSupprimer
  7. message effacé!!! donc : je voudrais bien être plus près de toi...et poursuivre une complicité de là où ns sommes, que nous n'avons pas eu le temps de nouer cet été......et qui ne veut pas déranger celle entre les deux belles que vous êtes.......Mais vraiment, laisse aller, laisse aller..il n'y a pas de mère idéale, encore moins celle qui t'ai conseillée......il ya la mère que tu es, qui est mère à fond et qui en a marre parfois d'être mère s'il faut........en gros la mère qui se débrouille comme elle peut et c'est très bien ainsi...

    RépondreSupprimer
  8. Je t'embrasse.
    (oui, pour commencer).
    Tu sais, on dit qu'avec un bébé rien n'est jamais acquis, moi je crois surtout que rien n'est jamais figé. Et c'est ça qui est doux. C'est la vie en mouvements.
    Le pédiatre magique de la maternité m'avait dit "votre bébé il sait tout, il sait tout de vous et il a tout compris. Je sais toujours pas si ce sont eux qui sont si grands ou nous qui sommes si petits". J'avais bien aimé et encore aujourd'hui j'y pense souvent.

    RépondreSupprimer
  9. On apprend tous les jours d'une vie a être maman... A sa façon... Et il faut alors faire le deuil de toutes les croyances d'avant, de la vie sans enfant...

    RépondreSupprimer
  10. Entre ces lignes, j'entends ta voix qui s'envole, légère et sonnante, presque excitée, comme s'il y avait eu une révélation...

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com