Configuration inédite, je vais me cacher dans la cuisine, musique sous le bras, pour le laisser à ses calculs en base 7 ou 9 qui semblent lui donner quelque fil à retordre. C'est tout neuf, que je le vois comme ça, tenace et un peu maniaque, tâtonnant pour trouver sa façon de bien faire. J'aurais pensé l'entendre râler, bougonner, mais je n'entends que le papier remuer. J'emmène une paire d'aiguilles, et entre chaque touillage-remettage de bouillon pour ce futur risotto, quelques rangs. Encore une paire de chaussons, ce sera peut-être la paire de trop, c'est peut-être bien plus joli que pratique même, mais ce petit reste de laine est si doux. Et puis ces mailles alignées, empilées, c'est ma bande-son, c'est tout, ma façon d'accueillir. 

Je ne sais pas si vivre en ville toute ma vie ne me rendrait pas cynique. Peut-être est-ce trop tard? Le cynisme coule certainement déjà en moi, comme un gène-épée de Damocles qui n'attendrait que l'élément de trop pour s'exprimer, le pas de travers. Je crois que cette idée de fatums prêts à me sauter à la gorge, j'en charrie quelques uns. J'attends une épreuve initiatique pour les mettre définitivement dans une boîte sous un lit, celui de la chambre d'amis ce serait bien. Dans mes veines, du sang viking aussi, je me souviens du jour où mon père me l'a dit, un peu trop solennellement, photo de barbus à l'appui. Une grosse crise de larmes a suivi, cette impression d'avoir sous le coude trois douzaines de géants sanguinaires, qui finiraient forcément par s'exprimer. L'épée, tout ça, encore. Alors cette ville, et le bus, mais le bus, parfait lieu pour cristalliser une petite crise de misanthropie passagère. Puis la petite dame qui m'attendait au retour de la promenade du chien, une personne de plus flairant mon potentiel punching-ballesque. Mais ça ne sera pas toujours comme ça, hein, un jour je dirai non-non-non-je-suis-pas-d'accord-c'est-toi-qui-a-tort, hein? Ça se pourrait, dites? 

Je mets les lames de rasoir qui semblent s'être perdues dans le bas de mon dos de côté, et je prends un bus, un autre. Il est peut-être bien envoyé par le dieu de la ville et de la gérontologie car à l'intérieur j'y sympathise avec tout plein de mamies et leurs canidés. Je descends là où j'ai passé mon permis, dans une vie qui était autre. Un centre social, vintage à souhait, qui me rappelle la danse petite dans cet endroit pas très chic. Des femmes, pas beaucoup, un gynécée je pense, comme au temps des listes de mots appris pour les concours. Ici on se tutoie hein. C'est dommage qu'on ne puisse pas y ramener une assiette de biscuits, ça irait bien avec la bienveillance des mots échangés. Je repars avec des livres chouettes sous le bras, et l'assurance de revenir la prochaine fois, en bonne compagnie peut-être! Quand je rentre, les paresseux du samedi après-midi paressent, et il est temps d'étaler la pâte pour le strudel, envie tenace de ces derniers jours. On doit pouvoir lire un journal à travers, je te dis! Mais avec ta farine complète ça marchera jamais! Quand le demi devant gauche de cette gigoteuse est terminé on a le droit de goûter. L'automne en bouche, et l'impression de croquer dans des ancestrales traditions familiales fantasmées. Une pâtisserie qui permet de se raconter des histoires, ça me botte. 

8 commentaires:

  1. Cet enfant aura une maman cuisinière et conteuse, quelle chance !

    RépondreSupprimer
  2. Alalala je rejoins la jolie Sofia dans son commentaire et je ne peux m'empêcher à chaque fois que je passe ici de me délecter des photos et de tes mots!

    RépondreSupprimer
  3. tu racontes si bien.
    Et le strudel j'adore.
    Tu connais le Streusel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme un crumble mais sur une tarte? Si c'est ça j'ai découvert en arrivant ici, quand je bossais en boulangerie pendant mes études… Mais jamais fait!

      Supprimer
    2. Non non le streusel simple c'est une sorte de brioche, mais le dessus est constitué de boules de sucre à la cannelle. On peut ajouter la pééparation au sucre au-dessus d'une tarte, oui, mais mon pref, l'original, c'est juste la brioche.
      Tiens, j'ai envie d'en faire un !!

      Supprimer
  4. Qu'est ce que j'aime ces articles qui racontent si joliement l'attente et la tendresse de votre nid...
    Et qu'est ce que j'ai souri en lisant cette histoire de sang Viking !
    Belle semaine Clémence !

    RépondreSupprimer
  5. Oh! comme tes mots sont porteurs d'émotions-échos ...merci ....moi aussi j'aimerais pouvoir dire "no,non,non"
    J'ai un peu honte de mon ignorance , c'est quoi calcul base 7 ou 9???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des calculs avec un autre système que le système décimal, ou ce n'est plus 10 la dizaine, mais 7 ou 9 par exemple, enfin bref c'est pas si savant c'était plutôt pour se remettre dans la peau de quelqu'un à qui on fait découvrir les mathématiques!

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com