C'est un matin plein de brouillard, enfin dehors seulement. Il est déjà parti, je l'ai entendu refermer le verrou derrière lui, nous laisser tranquillement à notre sommeil. J'ai quelques scrupules à me retourner une dernière fois en vue de trouver la position la plus douillette, pour encore un peu, mais je me souviens aussi de la petite consolation que c'est de fermer la porte sur des aimés chauds au sommeil quand on doit partir un peu trop tôt, que dehors les bruits sont crus et le froid un peu piquant. L'idée de trouver un petit mot à côté de sa tasse vide me donne envie de me lever, quand même, et le facteur et son paquet de tissus me force à hâter le mouvement. Ne bougez pas je monte. Il est gentil ce monsieur, témoin discret de la vie qui pousse, pousse, pousse. 

De la ouatine, pour un édredon, et du fleuri, bien sûr. Cet après-midi je n'aurai pas le temps de coudre, mais ce soir peut-être ou ce week-end. Je traîne encore un peu le sentiment poisseux d'hier, une petite montagne qui m'a semblé infranchissable et inéluctable. Je crois que ses pierres étaient faites de solitude, d'un peu de rancoeur peut-être, puis de peur petit à petit accumulée. J'ai été maladroite face à cette montagne, et je n'ai pas su me prendre dans les bras. J'ai régressé, et ça m'a donné envie de me fuir. Je devrais savoir que ça n'est pas si possible que ça. Maladroitement, j'ai compilé les antidotes, et le livre que j'ai commencé devrait faire son effet. C'est la souris bleue de Kate Atkinson, un roman où les phrases font une belle musique et qui en quelques pages met déjà des images dans la tête. C'est un soulagement car je sors de quelques soirées douloureuses passées en compagnie d'un livre qui sur le papier était tentant, un roman policier mettant en scène Charles Dickens, mais qui s'est avéré poussif au possible, et pas fin du tout. Puis avec une tranche de potiron, une boisson drôlement réconfortante au thé et au lait de riz. 

Ce matin la théière reste vide, et j'aurai envie de panettone pour le déjeuner. Il faudrait que je sois prête, un petit périple m'attend pour aller visiter le lieu qui nous accueillera pour que tout arrive. En fait je crois que je n'ai pas vraiment besoin de savoir à l'avance à quoi ça ressemble, je m'en fiche un peu. Ce sera de toute façon l'inconnu cette histoire là. J'ai l'impression que ce qui compte c'est qu'il soit là, que je sois sûre de pouvoir y arriver, et que je n'oublie pas de penser à mon bébé. On est encore un peu déçu de n'avoir pas pu projeter de vivre ça chez nous, alors avoir à prendre le train pour cette visite, ça m'embête un peu. Bon, ça n'est peut-être pas si mal que les choses deviennent concrètes peu à peu, puis je prendrai mon sac aux oiseaux, je vais y mettre mon tricot rose et moutarde -pour moi celui là!- et devant la gare il se pourrait qu'il y ait un banc au soleil. 

8 commentaires:

  1. Oh oui ces grands moments qui arrivent... chouette chouette !

    RépondreSupprimer
  2. C'est ton futur gilet avec les nopes multicolores ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non ça c'est une couverture à bébé!

      Supprimer
  3. Oh! Moi, ça me rassurerait tellement de savoir où ça va se passer....juste pour me faire et refaire le film....je te trouve très forte......ça paraît loin , tu n'as pas peur , de ne pas avoir le temps d'y arriver ....ouhhhhh quelle angoisse j'aurais!!!

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien me dire que c'est un bébé d'automne.. et quand j'ai tourné la page du calendrier il y a quelques jours déjà, j'ai pensé à toi. Le tout premier pas dans cette saison qui ressemble encore un peu à l'été - pourtant, la lumière du soir sur les montagnes à déjà changée.. C'est fou, on y est presque.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  5. Est-ce que c'est allé ta visite du lieu où ton bébé va naître ? Tu t'y es quand même sentie bien ? J'espère que tu t'y sentiras à l'aise et bien entourée le moment venu ! Ta couverture à nopes est super jolie !
    Isaline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et finalement c'était super chouette et "motivant", ça m'a drôlement donné envie et confiance du jour J!

      Supprimer
    2. Ah super ! Je suis contente pour toi !
      Isaline

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com