J'écoute Tidiane Coulibaly, mais quand il est parti prendre un café chez un copain, parce qu'il se moquerait de moi sinon. Ça fait peut-être bien mille ans que je n'ai pas dansé, il se peut que la prochaine fois ce soit au nouvel an. Ou peut-être qu'à la maternité on sera d'humeur. Cette nuit j'ai rêvé de mon accouchement, il y avait beaucoup de gens mais ça se passait très bien. Je tournais le dos à tout le monde et j'avais les mains accrochées au plafond. En vrai on ne sera que trois, dans une salle avec un grand lit, et pas trop de lumière. 

L'après-midi il est souvent dans la chambre, sur le grand grand bureau, il faut pousser ma machine à coudre. Il travaille, et moi je vis quelques heures à pas feutrés. Je garde la radio, mais souvent on se met dans la cuisine, le chien me suit, c'est là où son panier est au soleil à ces heures là. Je refais du pain, c'est la première fois depuis Reims je crois. Il ne lève pas tant que ça, mais sur nos tartines pendant sa pause le beurre demi-sel fond, et avec la confiture de griottes c'est bon. Avec les dernières groseilles d'un jardin qui n'est pas le nôtre j'ai fait ce gâteau, aussi. La farine de riz m'a conquise. On a mis deux-trois jours à le goûter car on picore, on goûte quelques tartines et ça devient le dîner. Je cuisine peut-être un peu comme si j'avais une grande famille déjà. Puis la macédoine que je lui réclamais depuis quelques semaines. Comme à la cantine, c'est vrai, mais avec quelques oignons rouges en plus. En mangeant on revient sur nos histoires, est-ce que c'était bien d'être dans telle ou telle école, est-ce que le petit ami de notre enfant doit pouvoir dormir à la maison? On cogite un peu, je crois bien. C'est rigolo de se découvrir de cette façon.

J'attends des grelots et du gros grain pour fabriquer un mobile. J'ai fini un nouveau pull, tout boutonné dans le dos. Je cogite aussi des mains peut-être. Maintenant le 3 mois ne nous paraît plus si grand. Hier ça a fait un an que mon père est parti, je crois toujours oublier les dates, puis non. Je me suis levée trop tôt, alors j'ai regardé Mademoiselle, ce vieux film noir de Tony Richardson, avec Jeanne Moreau. C'était assez beau mais plutôt cruel. Le scénario est de Duras et Genet, je continue mon cycle. Ça me fera de drôles de souvenirs. 

Le gâteau aux groseilles d'un mois d'août ralenti
2 œufs
100gr de sucre
100gr de beurre
250g de farine de riz semi-complète
2 c à c de bicarbonate
1 bol de groseilles

4 commentaires:

  1. Avec toute cette sérénité , ton BB va être tout gentil !!
    Et j'avoue j'adore aussi la macédoine 'comme à la cantine" et surtout fourrée dans une tranche de jambon...
    Bon week end

    RépondreSupprimer
  2. Un an après, la vie dans ton ventre, l'apaisement & l'amour partout. Une belle manière de le célébrer.

    RépondreSupprimer
  3. olala la consistance de ce gâteau, il a l'air fameux !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com