Je ne voyais pas du tout les choses comme ça, mais voilà on y est. Jeudi soir dernier, c'était la dernière fois que je rentrais du travail de l'année et de ma vie sans bébé-dehors. Ma longue descente à pied vous savez, les mûres sur le chemin, je ne les verrai pas toutes prêtes à être cueillies, c'est dommage. Mais c'est que là dedans c'était un peu la tempête, et peut-être que l'accélération de tout ça, au dernier trimestre, je l'ai mal anticipée. Je me serai peut-être mise à prendre le bus le matin, plutôt que d'avoir à monter la côte. Enfin maintenant je suis là, chez moi, toute dévouée à fignoler ce bébé qu'on n'a pas envie de découvrir trop tôt. Deux mois et demi, on tiendra tu sais! 

Moi je découvre ce qui pourrait être ma nouvelle routine pour un petit temps. Le cahier vert, pas loin, dans lequel je note les contractions, pas plus de 10 par jour sinon vous revenez. Alors quand à 13h j'en compte déjà 8 je tremble un peu, et je garde le canapé un peu plus longtemps que je ne l'avais prévu. Des mailles bien sûr, accompagnée de la radio. Cette semaine c'est avec Marguerite Duras et Hannah Arendt, je pourrais être plus mal entourée. Je guette le temps, je préfèrerais presque qu'il pleuve parce que c'est encore ce qu'il y a de plus joli à regarder de derrière une fenêtre. La sieste, pas encore, mais je commence à m'habituer aux levers sans réveil. Je peux même me rendormir après le quart d'heure de folie du chien, tous les matins vers 8h. 

Je savoure des lubies qui me dorlotent de l'intérieur. Le matin le rooibos à la vanille, pour contourner un peu les litres de thé. Un joli bol, celui de Bretagne sur lequel il est inscrit Bernadette, avec de la purée de pommes dedans, des graines de lin et parfois de la noix de coco râpée, pour faire un peu fête. J'ai découvert que la purée d'amande s'alliait fort bien au comté sur un morceau de baguette, et c'est souvent mon en-cas dans l'après-midi, ou en fin de matinée. Au mur de la cuisine, j'ai affiché toutes les recettes glanées à droite à gauche qui me font envie, et dans la chambre les projets à coudre. Ce sera plutôt gai je crois, cette attente calfeutrée. 

12 commentaires:

  1. Merci pour ce joli blog que je découvre!

    RépondreSupprimer
  2. Très heureuse pour toi. Moi encore 6,5 semaines ... Par contre je ne tricote plus ... Pas d'inspiration ... C'est quelle radio ? Cette aprem j ai écouté la marche de l histoire sur les contes ! Yummi

    RépondreSupprimer
  3. Fignole le bien ce bébé , et prends soin de vous
    xxx

    RépondreSupprimer
  4. Je suis aussi bocaux addict, cette image me parle beaucoup. Prends soin de toi et profites de ces doux moments.

    RépondreSupprimer
  5. prends bien soin de toi ♥
    de vous...

    RépondreSupprimer
  6. Je te lis en silence depuis quelques temps déjà.
    Moi aussi je possède un bol breton avec Bernadette écrit dessus.
    Ca méritait bien de le briser (le silence, pas le bol, surtout pas !)
    J'espère que la lenteur de cette attente calfeutrée sera aussi douce que tes si jolis mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est rigolo! En as tu d'autres? Moi je voudrais bien compléter la collection, mais c'est pas si facile d'en trouver des vrais beaux…!
      et merci!

      Supprimer
    2. Non, Bernadette a le monopole du bol breton dans mes placards ! Je l'ai depuis que j'ai seize ans. Un été tout au bout de pointe bretonne, la maison d'une grand-mère un peu farouche et pas franchement ravie de voir débarquer chez elle une horde d'ados exubérants. Un visage sévère, très peu de mots et à la fin des vacances, ce bol, enveloppé dans un vieux bulletin communal. Elle s'appelait Louise.
      Quelle est l'histoire de ta Bernadette ? (c'est comme ça qu'on appelle le bol, ici)

      Supprimer
    3. Ah j'aime l'histoire de Bernadette! Moi c'est beaucoup plus plan-plan… une trouvaille d'Emmaus!

      Supprimer
  7. Je crois bien que c'est mon premier commentaire sur ces pages...
    C'est un vrai bonheur de partager ton attente, on ressent à travers tes mots ce mélange de douceur, de sérénité, d'impatience (mais pas trop), et de crainte aussi tellement spécial pendant ces dernières semaines...
    Très bonne continuation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est tout à fait ce mélange là!
      Merci, j'aime bien les coucous comme le tien!

      Supprimer
  8. j'ai beaucoup aimé cette attente. mais à la fin on en a marre. Alors profite maintenant ! Le bébé n'en sera que plus beau.

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com