Ce fut vert et goûtu. Bigarré, parce que dans cette maison on pouvait croiser certaines nuits sept personnes. La bande-son littéraire là bas ce fut Elise ou la vraie vie, avec lequel il a parfois fallu que je lutte un peu tant la description du travail à la chaîne et de cette France de 1957 fut anxiogène. Mais en souvenir de ces heures de lecture sur ma banquette bigarrée ou dans ce lit d'emprunt là-haut, de ce livre que ma mère avait lu bien plus jeune que je ne le suis aujourd'hui, j'aurai peut-être un chat qui s'appellera Arezki un jour. 

On en ramènera de la tendresse pour tout le monde, une aversion confirmée pour les limaces (et presque toutes les petites autres bêtes, résistante armure de fille de la ville), l'idée du gâteau au chocolat blanc et surtout le sentiment lumineux d'avoir eu la chance de vivre ça quelques jours, entre des bras bien ouverts et des langues bien pendues. Deux pots de confiture aussi, de mûres précieusement récoltées et ramenées comme un trésor. 

Au retour nos tâtonnements pour nous réacclimater. Moi bien sûr que je me suis sentie un peu seule. Et nostalgique. Je connais la formule pour que ça me ressemble, vite un nouveau tricot, et quelques temps dans la cuisine accompagnée de la radio. Mais on n'avait pas si faim, repu qu'on était de toute cette bienveillance. Un nid d'ange, donc, parce qu'il paraît que même sans poussette ça sert, et tant mieux car le modèle est vraiment mignon. Parce que j'ai du temps, qu'il me faut quelques jours très très doucement pour me remettre de toutes ces émotions et promenades, j'ajouterai même une torsade sur le devant. Et puis, continuer à lui faire son nid, c'est irrésistible. 

13 commentaires:

  1. Oui.... Un nid d'ange, bien sûr... C'est indispensable !

    RépondreSupprimer
  2. Je n ai pas encore de nid d'ange ...
    C'est toi qui est irrésistible !

    RépondreSupprimer
  3. Tout ce vert! Ca a dû vous manquer en rentrant... bon tricot-réadaptation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a un peu suffoqué, et F. en est tombé tout malade du nez et de la gorge… vivement la prochaine dose d'oxygène!

      Supprimer
  4. Ton séjour sent le jura ou la bourgogne d'à côté, juste là oú nous étions il y a quelques jours !
    Reprendre le rythme après une telle parenthèse n'est pas aisé effectivement, mais comme toi, je suis persuadée qu'un doux tricot prolongera le séjour du moins en pensée.
    Jolies mailles à toi !

    RépondreSupprimer
  5. sur mon chemin..même quand il était trop boueux pour un ventre si joliment rond.....j'ai rencontré la fille qui tricotera le nid pour l'ange ......on s'est pas tout dit.....et j'aurais pas trop voulu qu'on vous laisse comme ça.....

    RépondreSupprimer
  6. Oh tout ce vert....mais tu es en jean et pull ....brrr...mais tu dois mieux te sentir....ici dans le sud ,c'est short et tongs....

    RépondreSupprimer
  7. De jolis mots et de belle photos pour une fin d'été qui semble douce comme un nid d'ange. Profites bien de cette attente et de cette vie "d'avant", l'automne arrive vite!
    Je ne commente pas beaucoup ici mais je reste fidéle.
    Des bises!

    RépondreSupprimer
  8. Wow, that looks like a beautiful spot. That waterfall looks amazing!

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com