J'ai l'impression qu'il râle, et peut-être un peu plus qu'à l'accoutumée. Et parce que les fils de mon confort affectivo-intellectuel sont ténus, je me dis que je suis peut-être agaçante. Tu me trouves chiante? Je t'embête? Et en même temps, à demander ça, je vais peut-être devenir cette fille qui donne envie de lever les yeux au ciel. Je suis parfois cette mouche qui tape contre une fenêtre ouverte, mais heureusement pas trop souvent. C'est peut-être cette chaleur qui nous rend un peu moins légers, les plantes à déplacer pour ouvrir/fermer/entrouvrir les persiennes, tout ça qui abaisse les épaules de quelques millimètres.

Les placards sont un peu vides, et quand on se réveille après la sieste tous les magasins sont fermés. Même celui qui ferme plus tard que les autres. On fait durer encore un peu la tarte à la courgette, et on arrive même à en laisser pour mon pack-lunch du lendemain midi. Je suis un peu ridicule, j'aurais presque envie de noter dans un cahier qui y serait tout dédié toutes les fois où on fait avec ce qu'on a, où l'on invente et on bidouille. Si j'entre en résistance, c'est pour mettre un peu ma colère sur un chemin. Je lui dis, toi tu seras là. C'est que ce serait pas le moment de me mettre à la boxe, aussi.

Au téléphone, j'invente un prétexte pour ne pas aller faire les soldes dans cette jolie ville, mais étrangère, avec la femme de papa. Et si on venait te voir plutôt? Deux week-ends de suite dans la ville d'où je viens, j'en ai envie, de retrouver ma maison de naissance. Et les plans de bataille qui vont avec, les messages pour organiser un pique-nique, on a envie de voir mon ventre et moi des brebis fraîchement arrivées dans ce beau jardin.

J'annule des rendez-vous, par vagues. L'idée d'avoir de longues plages de temps devant moi supplante la difficulté à appeler pour dire non, pas aujourd'hui, peut-être plus tard. Peut-être que je dis aussi laissez moi m'occuper de moi. Et si on me vole mon temps, qui fera des cookies? Qui découpera de la toile cirée à fleurs pour en faire un matelas à langer? Qui finira de lire ce Diable au paradis si savoureux?

5 commentaires:

  1. oui tu as raison… je te comprends 1000 fois...

    RépondreSupprimer
  2. Tu as déjà acheté la chaise haute !!!
    ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ta première photo laisse penser que l'univers de votre petit invité sera doux et poétique à souhait !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com