Tu as combien de uns dans 40?/ All I want for Christmas is youuuu/ J'ai du bon paiiiiin!/ Merci pour votre appel/ 

Petites scansions dans la journée, le vendredi c'est vraiment le pompon. C'est presque une journée qui n'en n'est pas une, tant je n'existe plus que pour que "19h31" s'affichent sur l'écran et daignent enfin me signifier que je suis en week-end. Je me demande un peu comment ce sera, en janvier, car je vais travailler le samedi, et alors quelle idée me fera tenir? 

Mercredi matin, demain matin, schlakboumchic, j'ai un rendez-vous qui me paraît bien important, pour du travail pour l'après, quand ce remplacement-haletant sera fini. Plus j'y pense et plus ça me plairait, alors nous verrons et croiseronscroiseronscroiserons...

Ce matin Noir désir à la radio et j'ai eu une espèce de bouffée d'envie de me retrouver dans une petite ville, même une à la Depardon ça m'aurait été. De la province, du brouillard, tutoyer la boulangère et le directeur de l'école, et de temps en temps guetter le bibliobus. Un fantasme français, pour celle qui n'est pas d'ici, et qui ne sera plus de là bas non plus un jour... Mais d'un coup donc j'en ai eu marre de ce qu'on peut me dire quand souvent j'ai à peine ouvert la bouche… Même si c'est peut être bien vrai qu'on râle un peu, qu'on est fort exigeant et tutti quanti, et que j'aimerais diluer un peu ma françaisité dans cette Belgique. 

Ce midi comme pique-nique j'avais de la soupe dans un pot de confiture. Cet après-midi, à tapoter entre deux quand je devrais rédiger des bilans je bois de l'english breakfast. Il a le goût de la dernière goutte volée dans le fond de la tasse de  mon père le dimanche matin. Il n'y pas longtemps j'ai commencé un carnet, un chacun, de toutes les choses dont je me rappelle d'eux, parce que j'ai si peur d'oublier, si vous saviez. 

7 commentaires:

  1. oh Clémence, je n'ai pas encore eu le temps de te répondre mais j'ai lu une phrase la semaine dernière qui m'a fait penser à toi ( et à moi évidement )
    " je ne suis pas de nature nostalgique, mais plutôt saudade, qui signifie la présence de l'absence "
    des bisous du bout du monde

    RépondreSupprimer
  2. Les dernières lignes sont poignantes ....oui saudade , exactement....
    Je croiserai les doigts demain pour toi ...... tu finis ce contrat quand?

    RépondreSupprimer
  3. Comme le temps passe. Oh oui, écrire pour ne pas oublier. Des bises et à un de ces quatre en vrai.

    RépondreSupprimer
  4. C'est une super bonne idée ces carnets. Je mets le châle à chaque fois que je sors... il est adopté. Eh mais c'est quoi ce projet de futur boulot qui te fait fantasmer !!?? :-D Bisous

    RépondreSupprimer
  5. croisecroisecroisecroise
    J'ai aussi commencé un carnet hier soir, je n'ai en mémoire que les moments qu'il a passé allongé et je refuse cette idée.

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com