Jeudi soir, à bout de souffle. J'ai fait plein de rencontres inédites cette semaine. En sonnant chez cette dame tout à l'heure pour ma première rencontre avec quelqu'un dont la mémoire flanche, j'ai été surprise de ne pas avoir peur (de ne pas savoir assez, de mal faire, mal dire et tutti quanti). Mais en réalité j'avais juste tellement hâte de la rencontrer, qu'elle me raconte qui elle est, d'essayer de la comprendre quels que soient les mots qui sortent. Et quand les mots n'étaient plus là, on a eu nos mains pour rester en lien. En partant elle m'a dit on va se plaire, ça va être bien tout ça

Oh que oui! 

7 commentaires:

  1. C'est bien aussi quand cette Clémence là est de retour.

    RépondreSupprimer
  2. Première visite par ici... je n'ai pas bien suivi ton histoire, mais tes mots me touchent...

    RépondreSupprimer
  3. ah! oui alors on sent que la gnaque et la curiosité de l'autre reviennent....
    très bon we ,miss C et Mr C (et F of course)

    RépondreSupprimer
  4. Oh, de la beauté. Je crois qu'il est là le secret; lâcher les peurs et les attentes un peu trop grandes pour rencontrer et rejoindre réellement, dans la présence.
    Que c'est beau que tu aies pu faire cette expérience là.
    Je t'embrasse ma douce et pense à toi, beaucoup, toujours.

    RépondreSupprimer
  5. c'est un joli début d'histoire, surtout s'il y a un pingouin sur le tabouret!

    RépondreSupprimer
  6. de nouvelles aventures professionnelles qui seront sans nul doute de belles expériences personnelles... file !

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com