C'était 48h, pas forcément à tuer, mais à vivre au moins, comme un passage obligé. Pour avoir l'après il fallait vivre ça. Un début de vacances aussi, sans liste qui guiderait mes pas -pendant quelques heures au moins- et sans trop de souhaits non plus. Un peu hébétée, peut-être.

Je me suis réveillée en croyant que c'était l'aube, parce que la lumière était tout éteinte. Le chien s'est secoué dès qu'il a entendu mes yeux s'ouvrir (mais comment fait-il??), et alors j'ai eu la curiosité d'aller voir l'heure. Une heure d'entre-deux, trop tard pour un jour de travail, trop tôt pour un jour de vacances, mais ça m'allait bien, poisson entre deux eaux. 

J'avais décidé que la journée du 24 serait assez inoffensive. Ce fut paperasses, courses et vétérinaire, le rattrapage de tout ce qui n'avait pas pu être fait avant en somme. Sous le coude j'avais éventuellement un passage en ville pour qu'il ait quelque chose sous le sapin quand même, mais je n'ai pas trouvé le courage finalement. Je me suis autorisée à être un peu à contretemps, pour une fois. On avait un menu griffonné sur un post-it, et à 19h nous nous y sommes mis. La bûche, puis la chicken pie, les purées, c'était un peu désordonné. Un paquet de chips plus tard tout était soit au four, soit au frais.

Tu crois qu'il faut que je prenne une douche? Bon je me change, mais à moitié seulement. Finalement un fier pompon se dressait sur ma tête et je mis même quelques paillettes dans mon cou. 

Le 25, j'aurais quand même bien voulu que tout ça soit derrière nous. Dans la rue les gens allaient, tenant précautionneusement des assiettes dorées, il y avait encore des paquets à ouvrir dans leurs coffres. J'ai marché en prétendant que toutes les maisons étaient vides, que c'étaient moi et la liberté dans mes pas les chanceux. De cette journée j'ai aimé la pie encore meilleure réchauffée. 

6 commentaires:

  1. Pareil. Il fallait que ça passe que ça lasse que ça se fasse.
    C'est fait.
    Ouf.
    363 journées tranquilles.

    RépondreSupprimer
  2. oh! Christina ,:))
    J'ai encore un repas Noel demain ( le quatrième!!!) le mien + ceux des parents divorcés du chéri + le noel avec les colocs, familles recomposées tout ça, tout ça ....je fais une overdose de foie gras et de champagne...
    Allez , ya bientôt le réveillon et la fête obligée du 31....
    Clémence , quand je te dis que F. est extraordinaire.....

    RépondreSupprimer
  3. hihi, j'ai cru que tu mangeais une pie (qui jacasse) !
    Tu sais, ces jours-là ce sont de nouveaux rituels à réinventer, c'est bien aussi (si si)

    RépondreSupprimer
  4. moi au pied de mon sapin il y a avit un petit paquet invisible pour les autres... je le savais la et je savais qu il le savait . Ce tout petit paquet avec un joli ruban dessus , un de ceux qui coulissent quand on les defait , un de ceux qu on arrive jamais vraiment a refaire...ce tout petit paquet la il attendait que je me pose , apres ces derniers jours toujours alertes e debordants...il attendait ma tasse de the et les miettes sur la nappe, les feuilles froissees, les ouverts et les deja oublies...lui il a tout son temps.
    Ce petit paquet la il contient tous les baisers que je voudrais pouvoir deposer sur des joues amies connus et moins connues , toutes les pensees douces qui sont la dans ma tete et dans mon coeur, il y a les mots droles et doux , les sourires ...ceux qui sont pour les autres , ceux qui sont pour ceux dont je sais que ce jour la est un jour lourd dans leur coeur... ce petit paquet la je le defais en buvant mon the , au calme et lentement ...parce que j aime a croire qu en l ouvrant , il y a des poussieres de ce cadeau precieux qu s envole vers eux...et que l une d elle est venue caresser ta joue a toi Clem. Je t embrasse tout aussi tendrement. Emma from San Francisco

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com