une vie à refaire
anonyme, c'est une façon d'être libre
un jour je trouverai peut-être que ce fut un drôle de cadeau

un sapin pour l'odeur et le piquant
et dire qu'il faudra bien se réjouir pour quelque chose

j'espère que cette liberté obligatoire me permettra de dire non et de ne plus jamais me forcer à quoi que ce soit
je crois que mon premier non sera pour le noël "en famille", pas la mienne, cette année
je fantasme un tête à tête avec La vie de Brian et Amarcord, la toxique mais libératrice fumée, quelque chose de douillet à manger
et tant pis si des sanglots complètent le tableau 
mais ne pas avoir à faire semblant un soir de plus, ne pas me sentir tant ailleurs, entourée de mes gens là-pas-là

l'an dernier le 24 au matin j'avais appelé mon père en pleurs, parce que je n'avais pas envie de passer Noël dans une famille qui n'est pas la mienne comme c'était prévu. Il m'avait dit, mais n'y va pas, tu prends le chien, un bon bouquin et une bouteille de gin, et ça c'est Noël

je suis folle de penser à ça
ce n'est qu'un mauvais tour que me joue la vie

9 commentaires:

  1. Je te lis souvent, silencieuse, touchée par ces mots qui disent si bien ce que c'est la mort, pour ceux qui restent.
    Noël, c'est symbolique. Ça représente tellement l'obligation familiale.
    Ça a été aussi mon premier non, l'année dernière. Libérateur.
    Je t'embrasse (je me permets).

    RépondreSupprimer
  2. Mais quel humour british ce papa !!!et quel homme sans préjugés...
    Ouh !!! j'espère que tu vas dire non....
    Pas ce genre de questionnement par ici ,plus de parents ....alors fête de Noel avec les copains étrangers , ou en rupture de famille.....

    RépondreSupprimer
  3. Savoir dire non , c'est grandir. Savoir dire non c'est aussi s'écouter se respecter et surtout se protéger.
    Laisse tomber le gin !
    ;)

    RépondreSupprimer
  4. ouais mais la liberté c'est aussi à double tranchant . tu dis non parce que tu n'as pas envie de t'imposer des obligations et qq années apres, quand tu realises que plus personne t'invite, tu en pleures. rien n'est simple

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je trouve que c'est pas parce que tu dis non parfois que tu dis non pour toujours, alors je ne comprends pas pourquoi on ne devrait plus être invité parce que des fois on n'a pas eu envie !
      Et puis la liberté, c'est aussi de s'autoriser à retourner vers les autres lorsqu'on se sent prêt et désireux de leur compagnie, sans attendre d'être invité :)

      Supprimer
    2. ah mais oui, retourner vers les autres pourquoi pas . sauf que eux parfois ne t'attendent plus . ils prennent le non pour un niet définitif et c'est fini apres. on maitrise peut être son non, ses actes, on connait le sens que l'on donne à ses propres actes et paroles mais on ne peut pas grand chose sur la décision , le non des autres.

      Supprimer
  5. l'année dernière, je me suis aussi dit qu'il faudrait que je dise non à noël...cette année, je travaille et je souffle un peu ...
    ne pas se faire de mal est essentiel clémence, protège toi et quand l'envie de Noël reviendra, c'est toi qui choisira, pas les autres...fais toi plaisir, pars quelque part te ressourcer...bises

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com