Il y a cette phrase spontanée de mon amie, maintenant tu vas vraiment et entièrement vivre pour toi. Elle me hante, mais comme un mantra qui tire vers l'avant. Vivre pour trois, pour ces parents qui ont vécu vite et qui ne semblaient pas faits pour se friper, et vivre pour moi. Je sens mon intériorité se déployer et s'amplifier, tout enrichie qu'elle est de ses racines qu'il faut décidément drôlement cultiver. 

Ces phrases simples qui autorisent toute la peine qu'un décès peut entraîner, la vague de chagrin qui semble pouvoir tout emporter. Elles déculpabilisent de vivre un peu bancalement pour un temps, toute sonnée que l'on est. Malheureusement mais pas tant que ça mon expérience en ce domaine fait que je sais que si, aussi horrible cela nous semble, on arrive encore à manger après cela. On passe des nuits houleuses mais on dort quand même. On à envie d'embrasser même si cela semble fou de ressentir du plaisir quand on se sent être par ailleurs un petit paquet de douleur. 

J'aime presque le choix que cette peine me force à faire. Le choix de la vie, la vie grande et intense, des pieds à la tête, jusqu'au bout des cheveux qu'il caresse et qu'il tire comme un énième fil entre nous. Ma petite même pas orpheline, qu'il jette dans mon oreille. Et notre famille à nous, et nos enfants à qui on montrera l'écosse. La dose de vie qu'il m'insuffle quand il me dit ça, moi je n'ai plus assez de lèvres pour l'embrasser à la mesure du bien qu'il me fait. 

7 commentaires:

  1. C'est ma marraine qui disait que de son vivant, on partageait un capital humain qui résiste à la mort. Alors faire la liste de toutes les racines, ces gestes minuscules qui font l'éloge de ceux qu'on aime...

    RépondreSupprimer
  2. Moi je ne sais pas bien que dire.. tellement c'est beau et ça m'émeut.
    Juste te dire à quelle point je te trouve belle dans cette façon de choisir la vie à vivre
    LOVE*

    RépondreSupprimer
  3. J'ai rattrapé mon retard de lecture. Merci pour la confiance que tu m'as accordée en me donnant cette adresse. C'est égoïste mais tu sais, savoir qu'il n'y a pas qu'en moi que ça remue parfois très fort, ça me rassure un peu (je ne parle pas de cet article en particulier mais de ce que j'ai lu avant). J'espère te lire plus sereine très vite, que le boucan s'apaisera. Les quelques photos culinaires que j'ai vu ici me mettent toujours l'eau à la bouche, j'aimerais avoir ton talent.

    RépondreSupprimer
  4. Prends soin de toi , prends soin de vous, tout t es permis et puis le soleil va revenir.Je t embrasse fort
    Emma from SF

    RépondreSupprimer
  5. Ce truc de ressentir le bonheur paradoxal à ce moment là... c'est une des choses dont je me rappelle très bien. Mais en même temps, il n'y a vraiment ça qui aide à ne plus être que douleur.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis heureuse de te savoir si bien entourée par ses bras et par ton joli coeur qui bat la vie.

    RépondreSupprimer
  7. Comme bien souvent, il me manque des clés pour comprendre. Mais qu'importe... Ce que je sais, c'est que tu es entourée, protégée par M. Chamboulant et cela me plaît. Prends soin de toi.

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com