Faits de vie



Il me vouvoie très souvent. Et le chien aussi.
Je ne me reconnais pas tellement en ce moment et je fuis les miroirs. Je me sens hors-forme.
Je me demande quel goût aura l'automne cette année. De toute façon, quand je pense au plus-tard-très-bientôt, je ne peux que me dire ça va être fou, ça va nous ressembler follement.
Pas encore pour tout, mais je sais me faire du bien maintenant. Du ce qu'il me faut à la pelle, lovée ou le vent dans les yeux, mais je ne me fais plus tanguer.
J'aime l'idée qu'on ait déjà des cases cochées dans l'agenda pour les visites des amis, alors même qu'on n'a pas encore emménagé. Les entendre sourire au bout du fil. Le tri, le tri toujours, parmi les gens mi-figues, mi-raisins, mi-bienveillants mi-trop en mal d'eux-mêmes pour me vouloir tout à fait du bien. Quel luxe, et quel cadeau je me fais.

Je suis la fille à qui la vie fait semblant de dire qu'elle doit faire sans, alors que je choisis de faire avec. Avec ces bons yeux qui veillent sur moi. Ce papa est un peu plus loin maintenant, ce papa fait pour être une étoile filante. Mais il est tellement en moi, mon regard est ciselé par ce qu'on a eu la chance de partager, par ce dialogue entre nous qui continuera toujours. Bruxelles c'était pour lui, mon cadeau pour qu'il sache que décidément, ça ira pour moi. 

La fille de, inexorablement. 

4 commentaires:

  1. Oh oui, ça ira. Parce que tu es faite pour la Vie. Celle qui tangue mais qui berce tout aussi bien.
    Elle te va bien, la couleur des jours qui passent.
    Je te serre contre mon coeur*

    RépondreSupprimer
  2. On est toujours la fille de. Même si c'est compliqué. Même si.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  3. regarder devant soi et accorder une vraie place AUX PETITS ET GRANDS bonheurs...

    Je pense fort à toi

    RépondreSupprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com