Anniversaire tu penses.

Aigre mais pas douce. 

Je sens l'acidité monter, c'est à peine si ça ne transpire pas. Le château de cartes, les sables mouvants, enfin tout image qui disait jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici elle tenait mais ça n'est plus tout à fait le cas fonctionnerait. Dans une semaine et un jour le cadre qui me faisait exister socialement et me donnait plus ou moins une fonction -en plus d'un salaire- n'y sera plus. Dans 27 jours je n'aurai plus d'appartement. Et des comptes à rebours angoissants j'en ai d'autres en stock. Les deux ans d'avoir été laissée seule, aussi, aujourd'hui. Mais il n'y pensera pas, ils n'y penseront pas, et leur en vouloir serait malvenu. 

Tout cela serait plus digeste s'il y avait un après, mais je crois que quelqu'un en face de moi n'ose pas y penser. Penser pour deux/penser à deux/penser au détriment de. Tout ça ça s'entrechoque et je grince des dents. C'est un son qui m'échappe, qui parle à la place de ce que je retiens. 

Je donne cette adresse, un peu plus qu'avant, seulement c'est souvent un silence gêné qui s'ensuit. Je n'ose plus la donner aux gens qui fêtent de bonnes nouvelles, aux gens à qui la vie sourit, parce qu'ils pourraient penser que lire ces mots macabres leur porterait malheur. Et puis les gens accrochés à un goutte à gouttes d'euphorisants, ils ne sont souvent plus très disponibles pour ceux qui chancellent. Se retenir de s'aigrir, il faut que je continue à m'y accrocher. 

Mais mes dents s'effritent à force d'être serrées. 

9 commentaires:

  1. Alors dé-serre les dents, et pleure tout ton saoul. Tu n'a pas le devoir d'être toujours forte, et ils comprendront que tu craques, peut être même que ça leur permettra d'oser craquer un peu, eux aussi. Et je ne crois vraiment pas que l'aigreur pourra un jour te gagner pour de vrai. Peut être un mince couche en surface pendant cette période difficile, si tu le dis, mais il en faudrait, des années, pour que l'aigreur arrive à combattre toute ta douceur. Je te serre fort.

    RépondreSupprimer
  2. Mathilde a raison, je ne crois pas que tu puisses vraiment devenir aigre pour de vrai. Parfois, c'est juste pendant un temps et puis, on ne se reconnais tellement pas, qu'on abandonne, on redevient celle qu'on est.
    La vie est dure avec toi, et c'est vrai que lorsque c'est comme cela on souffre de voir les autres se réjouir. On s'en veut, mais ça ne change pas grand chose.
    Je t'embrasse fort Clémence. Je te souhaite vraiment le meilleur, qu'il arrive vite.
    Et je t'envoie de la douceur.

    RépondreSupprimer
  3. Touchée de lire ces mots... je te souhaite que ça aille vite mieux !

    RépondreSupprimer
  4. je suis de celle qui pense que la roue tourne. Et te lire est un plaisir, sans gêne, ni commisération mais avec bienveillance pour tes mises à nue. Des biz qui requinquent, du moins je l'espère.

    RépondreSupprimer
  5. Rho Clémence... De quelle contagion parles tu, les moments de doute, de sentiments mêlés font ou feront parties de nos vies à tous.
    C galvaudé, je sais, mais le soleil après les nuages orageux... C la beauté de la vie et sa cruauté.

    RépondreSupprimer
  6. Tes mots(maux) ne portent pas malheur!Tu as la délicatesse de les faire partager...peut eêtre aussi d'alleger ainsi un peu ton fardeau...et puis c'est simplement la vie....
    La vie...la vraie...rien à voir avec la sélection photos "spécial blogosphère",avec les meilleures séquences de notre film(les autres bien souvent,les moins joyeuses,les moins glorieuses, les plus douloureuses sont souvent coupées au montage hein!)....
    Merci pour ta confiance Clémence...je continues à te lire avec beaucoup d'émotion.

    Je t'embrasse,
    Nora

    RépondreSupprimer
  7. l'adresse , on la trouve sans pbl en passant par instagram ;-)
    etre orphelin c'est dur . ms je pense qu'il y (helas ) pire , c'est de faire le deuil de parents vivants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si l'on peut faire de gradation dans le malheur, je m'en garderai bien... le deuil est quelque chose de si personnel
      et oui je suis moins pudique pour cette adresse, bien qu'instagram ne soit peut être pas le meilleur endroit pour la partager!

      Supprimer
    2. oui oui ! je ne voulais pas dire qu'il y a de grands et de petits deuils ; j'ai souvent entendu "perdre son enfant est ce qu'il y a de pire" ; ms chacun son ressenti, perdre un proche, c'est toujours un coup de tonnerre
      ça fait plaisir aussi d'avoir des nouvelles des gens que l'on a appreciés à travers un blog ! IG c'est assez addictif mais je prefere malgré tout les blogs, la parole, l'ecrit y a davantage sa place ; ig c'est plaisant , joli mais finalement assez trompeur !

      Supprimer

et parce que c'est parfois frustrant de ne pas pouvoir s'en dire plus: tinoftea@gmail.com